Nous savons tous combien il est souvent difficile de se remettre en question.

Il n’y a pas très longtemps certaines pratiques de Référencement Naturel étaient particulièrement efficaces.

En les mettant en place, vous aviez l’assurance d’avoir de bons classements dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Mais, ayant été contacté pour un échange de liens, j’en ai parlé à Laurent dont les propos ont été les suivants :

Certaines de ces pratiques ont fonctionné merveilleusement bien pendant des années. Mais aujourd’hui, tu dois prendre en considération les évolutions des algorithmes des moteurs de recherche…

En effet, aujourd’hui, les pratiques du référencement naturel ont largement évolué.

Si vous me lisez régulièrement, j’espère que vous avez déjà fait évoluer votre approche pour le SEO.

Mais il y a peut-être encore des tactiques néfastes que vous pratiquez toujours, sans le savoir ?

Si vous n’avez pas le temps de lire en détail tout cet article, retenez ce principe de base :

Ce qui est bon pour vos visiteurs est bon aussi pour Google !

Alors :

  • Ne vous focalisez pas sur les mots-clés, mais plutôt sur la facilité de lecture de vos contenus,
  • Les backlinks de qualité sont ceux que vous avez gagné honnêtement,
  • Et pour votre contenu, privilégiez toujours la qualité à la quantité.

Respectez ces règles et votre référencement naturel va vous aider à conquérir de nouveaux clients.

Nous allons passer en revue ces 6 pratiques de référencement à bannir et surtout, je vous indique quoi faire à la place.

1. Bourrer vos contenus de mots-clés

Bourrer vos contenus de mots-clés

Cette première tactique est la plus évidente des 6 pratiques de référencement à bannir.

Le « bourrage de mots-clés » (ou keyword stuffing en anglais) consiste à surcharger de mots-clés un contenu Web.

Vous avez sûrement déjà vu des pages Web avec des mots-clés :

  • Énumérés dans une liste,
  • Utilisés hors du contexte de l’article,
  • Ou encore répétés un nombre inadéquat de fois dans un article.

C’est juste une très vieille tactique pour tromper les moteurs de recherche.

Voici un exemple :

Notre cabinet d’avocats est le meilleur cabinet d’avocats de Nantes. Dans notre cabinet d’avocats, nous offrons des services faits par des avocats. Si vous envisagez de faire appel à notre cabinet d’avocats, veuillez contacter sur cabinet-avocat-nantes.fr.

Ce texte très mal rédigé et n’apporte rien.

De toute évidence, cette phrase n’est pas du tout pensée pour les lecteurs, mais uniquement pour les moteurs de recherche.

Mais, aujourd’hui les moteurs de recherche ne sont plus aussi bêtes que ça. Ils identifient facilement le bourrage de mots-clés.

Si vous abusez de mots-clés, non seulement vos classements dans les pages de résultats de Google vont descendre, mais en plus, vous risquez d’être pénalisé depuis la mise à jour de Google nommée “Panda” en 2011.

Que devez-vous faire à la place de cette pratique dangereuse ?

Prendre conscience que bourrer votre contenu de mots-clés ne sert plus à rien.

Cela ne signifie pas que vous ne devez plus optimiser votre contenu pour les moteurs de recherche. Mais aujourd’hui, publiez du contenu en facilitant la lecture pour les utilisateurs.

En effet, parmi ses 200 critères, l’algorithme de Google utilise aussi l’indexation sémantique latente (LSI). Avec le LSI, Google arrive à connecter vos termes employés et le contexte de votre contenu.

Alors, préférez utiliser des synonymes de votre mot-clé ou des termes connexes pour un contexte donné.

Ainsi, votre contenu sera plus pertinent pour Google et surtout plus agréable pour vos lecteurs.

2. Ajouter toutes les versions possibles du mot-clé dans le titre

Ajouter toutes les versions possibles du mot-clé dans le titre

Ce que je viens de dire marche aussi pour le titre SEO et la méta description de votre contenu.

C’est aussi une erreur à éviter.

L’erreur classique est d’inclure toutes les versions possibles du mot-clé dans le titre de la page :

L’erreur classique est d'inclure toutes les versions possibles du mot-clé dans le titre de la page

Ca ne donne pas du tout envie de cliquer.

Tout simplement, parce que le titre ci-dessus n’inspire pas confiance et ne fournit pas beaucoup d’informations.

Et comme le taux de clics est très probablement l’un des 200 critères de Google, votre référencement va en pâtir.

D’ailleurs, au jour où j’écris cet article, mon exemple ci-dessus “ecotour.com” apparait sur la deuxième page de google avec le mot-clé “Voyage pas cher”.

Que devez-vous faire à la place ?

Écrivez un titre comme si vous écriviez un slogan. Un titre doit être attrayant, informatif et surtout inciter au clic.

Par exemple, ce titre est meilleur :

Écrivez un titre comme si vous écriviez un slogan. Un titre doit être attrayant, informatif et surtout inciter au clic.

Voici les 3 règles que je suis toujours pour rédiger un bon titre :

  • Court, car Google tronque au-dessus d’environ 55 caractères,
  • Pertinent avec votre mot-clé qui doit être le plus proche possible du début,
  • Avec une incitation forte au clic.

Vous pouvez faire confiance à l’outil d’optimisation de titre de coschedule pour tester vos titres.

3. Sur-utiliser le texte d’ancrage de vos liens internes

Sur-utiliser le texte d'ancrage de vos liens internes

Un lien interne est un lien qui pointe vers une autre page de votre site Web.

Le texte d’ancrage est le texte qui est cliquable.

Il apparaît souvent en bleu (comme dans les pages de résultats de Google par exemple) ou encore en rouge sur mon thème WordPress.

Insérer des liens internes dans vos contenus est utile pour l’utilisateur.

En effet, l’utilisateur navigue de page en page sur votre site web pour trouver facilement les informations qu’il cherche.

L’ensemble de ces liens internes constitue le maillage interne.

Il structure votre site Web.

Par exemple, votre page d’accueil donne les informations générales sur votre entreprise et son offre de produits et/ou services.

Les pages produits et/ou services donnent une information plus détaillée, mais aussi le prix. La page contact votre adresse, votre numéro de téléphone, vos heures d’ouverture…

Il est souhaitable que la page d’accueil soit reliée à chacune de ces pages.

Tous ces liens fournissent également un chemin rapide pour les robots d’exploration des moteurs de recherche. C’est pourquoi le maillage interne est bon et utile à la fois pour vos lecteurs et pour Google.

Néanmoins, Google va se “méfier” si vous utilisez, dans le même contenu Web, plusieurs liens qui pointent vers la même page avec des textes d’ancre avec le même mot-clé.

Votre contenu va avoir l’air d’être sur-optimisé. Et pour être franc, si Google le signale ainsi, c’est probablement le cas aussi pour vos lecteurs.

Évidemment, c’est une des pratiques de référencement à bannir.

Pourtant, elle était très pratiquée auparavant.

Alors, beaucoup d’entrepreneurs espèrent que cette tactique peut encore servir leur SEO.

En fait, c’est probablement le contraire depuis la mise à jour “Penguin” de Google en 2012.

Que devez-vous faire à la place ?

Structurer votre site de manière naturelle et logique au lieu de bourrer vos textes d’ancre de mots-clés.

Assurez-vous que vos pages principales se trouvent à moins de 3 clics de votre page d’accueil.

Et suivez les recommandations de l’extension Yoast SEO pour WordPress.

ET pour les plus experts d’entre vous, inspirez-vous de mes 5 conseils avancés pour le maillage inter-contenus.

4. Créer des pages pour chaque variante d’un mot-clé

Créer des pages pour chaque variante de mot-clé

Si cette tactique vous semble dépassée, vous avez absolument raison.

La création de pages pour chaque variante de mot-clé était une tactique utilisée, il y a des années.

C’était une façon de maximiser chaque mot-clé individuellement avec une page spécifique.

Aujourd’hui, les méthodes d’indexation de Google reposent toujours sur les mots-clés, mais en prenant en compte aussi l’intention de l’utilisateur.

Aujourd’hui, Google sait qu’il y a la même signification derrière les mots : docteur, médecin, généraliste…

Donc, Google cherche à montrer à ses utilisateurs la page la plus complète qui utilise tous ces mots-clés.

Cela ne sert plus à rien de créer des pages séparées. C’est encore une des pratiques de référencement à bannir aujourd’hui.

Que devez-vous faire à la place ?

Mettez tout en œuvre pour créer des pages de destination bien structurées, informatives et attrayantes pour vos produits et services. Ajustez vos mots-clés de manière naturelle dans votre contenu, titre, méta description…

Et au lieu de faire une page par variante de mots-clés, déclinez vos pages selon les intentions des internautes :

  • L’internaute cherche de l’information sur un produit,
  • L’internaute cherche à acheter un produit.

Mon astuce : pour connaître l’intention utilisateur derrière un mot-clé, recherchez-le dans Google et analysez les résultats qui vous donne.

5. Obtenir de mauvais liens entrants

Obtenir de mauvais liens entrants est une des Rédiger du contenu pauvre est une des pratiques de référencement à bannir

Je vous rassure : les backlinks jouent toujours un rôle important dans l’algorithme de Google.

Mais pas n’importe backlink.

Google recherche les backlinks de qualité.

Par contre, Google a encore quelques difficultés pour distinguer les liens acquis honnêtement avec les liens créés uniquement pour manipuler son classement, comme l’explique Tubbydev.

Conscients de ceci, de nombreux “experts” en référencement naturel pratiquent toujours des tactiques que je vais vous décrire ensuite.

Et pire encore, certains entrepreneurs exigent de leur agence de référencement de les pratiquer ! Sous prétexte du “Allons-y, tant que mes pages grimpent dans les classements”.

Et bien, je vous l’affirme. Cela n’en vaut pas la peine puisque c’est l’une des pratiques de référencement à bannir en 2020.

Les résultats obtenus sont toujours de courte durée et ensuite, il faut passer du temps à tout nettoyer.

Alors quelles sont ces pratiques obsolètes sur les backlinks ?

J’en dénombre au moins 9 pratiques de référencement à bannir.

a. Créer des profils sur les forums

Les “experts” du référencement naturel ont abusé de cette tactique dans le passé.

Google n’est pas du tout fan de ce type de liens pointant vers votre site Web.

Alors, pour ne pas se faire aussi pénaliser, la plupart des forums n’autorisent plus les liens dans les profils ou les signatures.

En plus, lorsque c’est encore possible, ce sont des liens avec un attribut “no-follow”, donc beaucoup moins utile d’un point de vue SEO.

b. Commenter sur les blogs

Beaucoup passent encore beaucoup de temps à ajouter des commentaires sur des blogs.

Non seulement, c’est chronophage.

Mais en plus, j’imagine qu’ils ignorent que les plateformes de blogs ont mis des tags “no-follow” sur les liens dans les commentaires depuis longtemps.

Enfin, ce sont souvent des commentaires qui m’apportent aucune valeur. C’est pourquoi en général, je les supprime.

c. Insérer des liens dans le pied de page

Une autre tactique classique de SEO “black hat” consiste à obtenir des backlinks dans le bas de page d’autres sites.

Aucune chance de grimper au sommet des pages de résultats de Google avec cette tactique depuis les mises à jour “Panda” et “Penguin” de Google.

d. Créer un réseau de blog privé

Un réseau de blog privé est un ensemble de sites Web qui vous appartiennent et avec lequel vous insérez des liens entre vos sites.

Google a appris à identifier ces réseaux sites depuis 2014 et les pénalise fortement.

e. Échanger des liens

Cette tactique consiste à échanger des liens avec un autre site. Du genre, “je te mets un lien et tu m’en donnes un en retour”.

Il est facile de cette manière d’obtenir plus de backlinks.

Peu importe la pertinence, la validité, et même l’éthique.

Bien que complètement inefficace aujourd’hui, je reçois plusieurs mails par semaine me proposant ce genre d’échanges que je refuse systématiquement.

f. S’enregistrer sur des annuaires de liens

Les annuaires de liens sont également une chose du passé.

Ces derniers servaient à classer les sites Web dans les années 90.

Mais ils ont perdu de leur utilité au fur et à mesure que les moteurs de recherche ont fait évoluer leurs algorithmes.

Alors, ces annuaires de liens se sont vite transformés en un espace de création de backlinks, sans aucune valeur pour les internautes.

Google a évidemment identifié ce problème.

Depuis quelques années, il n’attribue pas beaucoup de valeur aux liens qui proviennent de ces annuaires.

En outre, j’imagine que votre site sera pénalisé si vous vous enregistrez sur des milliers d’annuaires qui semblent avoir été mis à jour pour la dernière fois dans les années 90.

g. Acheter des liens entrants

Payer pour les liens viole les directives de Google depuis un moment maintenant.

Cependant, je continue toujours à recevoir des mails me proposant des liens payants. Cette tactique, bien que néfaste, est malheureusement loin d’être morte.

Bien sûr, payer pour obtenir des backlinks est beaucoup plus facile que de les gagner naturellement.

Mais évitez ce danger du référencement pour ne pas prendre de risque inutile.

En effet, Google est une société de plusieurs milliards de dollars qui emploie parmi les personnes les plus intelligentes sur la planète. Leurs algorithmes finiront par vous trouver tôt au tard et vous pénaliser.

h. Publier sur des annuaires d’articles

Les annuaires d’articles sont nés pour partager un contenu utile.

Ces annuaires se sont rapidement transformés en usines à liens. Et Internet a même été inondé de contenu de qualité médiocre produit par des logiciels.

Les utilisateurs ont délaissé les annuaires. Seuls certains soi-disant experts du Marketing Digital continuent à y insérer leurs liens.

Depuis la mise à jour Google « Panda », fuyez les annuaires d’articles comme la peste sauf s’ils occupent votre niche ou sont très soucieux de préserver leurs lecteurs avec des consignes strictes.

Il y a au maximum un ou 2 répertoires valables pour chaque niche. Les autres ne peuvent que vous conduire vers une pénalité de la part de Google.

i. Publier des articles invités non pertinents ou de piètre qualité

Il y a eu beaucoup de buzz autour des articles invités pour améliorer le référencement d’un site Web.

Les articles invités ne sont pas acceptables si vous le faites uniquement pour créer des liens, avec du contenu peu pointu et non pertinent.

En effet, les articles invités ne sont efficaces que si vous le faites pour des fins de relations publiques comme :

  • Gagner plus de visibilité,
  • Démontrer votre expertise,
  • Établir votre marque…

Cela signifie que vous devez produire un contenu riche, pertinent pour vos lecteurs et en accord avec la thèmatique du site Web qui vous accueille.

Que devez-vous faire à la place ?

Alors, si la plupart des techniques de construction de liens connues sont nuisibles, voire dangereuses, que faut-il à faire pour améliorer votre classement avec les backlinks ?

Tout d’abord, supprimez les liens mal considérés par Google. Pour cela, contactez le propriétaire du site pour lui demander de supprimer le lien.

Si vous n’avez pas de nouvelles du propriétaire du site ou si vous avez un trop grand nombre de liens à supprimer, désavouez ces liens sur votre Google Search Console.

Pour plus d’information, consultez la page d’aide de Google sur comment désavouer un lien entrant.

Maintenant que vous vous êtes débarrassé de tous ces liens douteux, concentrez-vous sur obtenir des backlinks de qualité.

6. Rédiger du contenu pauvre

Rédiger du contenu pauvre est une des pratiques de référencement à bannir

Rédiger un article de qualité à publier sur votre site web requiert beaucoup de temps et d’efforts.

Pour les articles sur #audreytips, j’y passe en moyenne entre 4 et 5 heures.

Naturellement, les référenceurs et les entrepreneurs essaient de gagner du temps et publient du contenu peu pertinent pour contourner ce problème.

Mais la mise à jour « Panda » de Google est destinée à déclasser les sites Web avec un contenu de mauvaise qualité.

Il n’y a tout simplement plus aucun moyen de contourner cela. Et si vous produisez du contenu que personne ne lit, cela nuit sur votre classement.

Que devez-vous faire à la place ?

Vérifiez la qualité de vos contenus, car cela pourrait affecter vos classements.

Certes, le nombre de mots de vos contenus n’est pas tout. Et, dans certains cas, un petit article peut rencontrer son succès.

Toutefois, la barre des 300 mots est un bon départ pour identifier les contenus à étoffer sur votre site. Passez ensuite cette limite à 500 mots et ainsi de suite.

Et en plus, c’est un moyen efficace pour vous forcer à recycler votre contenu

Ensuite, créez des contenus riches et attrayants que votre public cible les apprécie, et n’oubliez pas d’optimiser leur compréhension.

Le rendre pertinent pour un plus large éventail de sujets, c’est-à-dire couvrir dans un même contenu le plus de types de contextes possibles avec chaque variation de mot-clé.

Pour vos contenus existants, pensez à les améliorer régulièrement pour monter leur qualité.

Conclusion sur les pratiques de référencement à bannir

Ce sont les tactiques SEO les plus courantes de la vieille école à bannir.

Il existe de nombreuses tactiques de référencement à éviter. Seulement les plus courantes sont répertoriées dans cet article. J’aurai pu citer également la génération automatique de contenu, les contenus invisibles ou encore le cloaking…

En fait, le Référencement Naturel est composé de nombreuses pratiques éthiques et honnêtes.

Il est important de respecter ces règles non seulement pour éviter les sanctions, mais aussi pour sécuriser durablement votre activité.

Peu importe finalement les trucs et astuces du SEO, pour vous simplifier la vie, pensez à vos internautes :

  • Écrivez pour vos lecteurs,
  • Privilégiez la qualité à la quantité,
  • Et suivez les consignes de l’extension Yoast de WordPress.

Certains experts du Marketing Digital vous diront que ce n’est pas suffisant.

Mais ce sont les fondations du SEO pour vous éviter de faire des erreurs de débutant. Et en général, c’est largement suffisant pour surpasser votre concurrence sur les pages de résultats de Google.

Et n’oubliez pas que la première position sur Google est inutile si

Qu'est-ce que du mauvais référencement ?

Les pratiques contraires à l'éthique, obsolètes ou ne respectant pas les consignes de Google sont considérées comme mauvaises, d'où le qualificatif de 'mauvais référencement'. Alors que le référencement consiste à optimiser votre site Web pour les moteurs de recherche, un mauvais référencement peut générer des résultats opposés.

Pourquoi le bourrage de mots-clés est-il à proscrire ?

Le bourrage de mots-clés est largement condamné par les moteurs de recherche. En d'autres termes, si vous remplissez votre page avec des mots-clés inutiles, cela n'améliore pas vos chances de se classer plus haut. Cela les diminue. En plus, cela rend votre contenu illisible pour les visiteurs sur le site Internet de votre entreprise.

Le SEO 'Black-hat' fonctionne-t-il toujours ?

Le référencement 'Black Hat' fonctionne incroyablement bien et fait gagner beaucoup d'argent à ces praticiens. Par contre, ces pratiques de référencement à bannir vont à l'encontre de toutes les directives éthiques, portent atteinte à la réputation des entreprises, entraînent des sanctions manuelles et, finalement, vous font atterrir en liste noire avec des milliers de sites Web peu scrupuleux. Fuyez ces soi-disant Gourous du SEO. Un bon expert en référencement fait toujours preuve d'humilité.

Utilisez-vous encore certaines de ces pratiques de référencement à bannir ? Alors vous aimez le risque ! Y a-t-il d’autres tactiques de SEO obsolètes qui vous font grincer des dents à chaque fois que vous les voyez ?


Also published on Medium.