Le taux de rebond est sûrement l’un des paramètres de Google Analytics le plus complexe à analyser.

À première vue, un fort taux de rebond est “mauvais” pour conquérir de nouveaux clients.

En effet, le taux de rebond compte les visiteurs de votre site qui partent immédiatement. Comment cela peut-il être “bon” ?

Et Laurent d’insister :

Le taux de rebond c’est comme le Cholestérol, il y a le bon et le mauvais. Là où le bât blesse, c’est que pour Google, tous les rebonds sont mauvais. En effet, le taux de rebond indique que votre site n’est pas assez pertinent pour que l’utilisateur veuille rester.

Le problème est pour ne pas être considéré comme un rebond, Google Analytics exige d’avoir au moins 2 interactions avec votre site.

Si un internaute arrive sur votre page, c’est une première interaction. Ensuite, il faut avoir au moins une deuxième interaction comme cliquer sur un lien, interagir avec un élément de la page, fermer une fenêtre pop-up…

Si l’utilisateur n’effectue aucune seconde action, Google ne dispose d’aucun moyen pour déterminer le temps passé sur le site par cet utilisateur et cela compte pour un rebond, même si vous avez totalement satisfait l’intention de l’utilisateur.

Le bon et le mauvais taux de rebond

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Ce qui est mauvais, ce sont les personnes qui atterrissent sur votre site depuis les résultats de recherche puis qui ferment presque immédiatement l’onglet ou cliquent sur le bouton “back” de leur navigateur.

Ces personnes ne sont clairement pas intéressées par le contenu présent sur votre site. Soit elles ont cliqué par erreur ou bien elles jugent immédiatement que vous ne leur proposez pas ce qu’elles cherchent.

En plus, ce n’est même pas forcément de votre faute.

Par exemple, vous cherchez un produit électronique sur Google.

Vous cliquez sur le premier résultat et vous tombez sur une page du site Boulanger.

Sauf que vous avez une carte de fidélité à la FNAC et que vous préférez acheter à chez eux !

Dans ce cas, vous partez immédiatement du site Boulanger pour aller sur le site de la FNAC.

Le second type de rebond est « bon ».

Supposons qu’un internaute recherche une recette de cuisine pour une tarte tatin.

Google lui propose un résultat qui pointe vers la bonne recette.

Ce sont exactement les informations dont il a besoin, il la lit, éventuellement imprime la page puis quitte le site.

Dans ce cas, il n’y a rien de mauvais !! Vous avez même satisfait un visiteur.

Alors comment faire le tri et ne compter que les “mauvais” rebonds ?

Pas de panique, il existe différentes astuces pour “forcer” une deuxième action, et ainsi transformer les “bons” rebonds comme des sessions réelles plutôt que des rebonds en tant que tels.

Voici 4 fonctionnalités faciles à implémenter pour réduire votre taux de rebond. Et si vous êtes sous WordPress, je vous conseille des extensions pour les mettre en place.

1. Ajuster le taux de rebond

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Imaginons que vous puissiez déclencher un événement après qu’un utilisateur a passé un certain temps sur votre page.

Ainsi, vous indiquez à Google Analytics de ne pas compter ces utilisateurs comme des rebonds.

Par exemple, un utilisateur arrive sur votre site Web, trouve toutes les informations dont il a besoin (votre numéro de téléphone, par exemple), puis le quitte sans visiter une autre page.

Sans ajuster votre taux de rebond, un tel utilisateur est considéré comme un rebond, même s’il a obtenu tout ce qu’il voulait.

Voici un autre exemple que je connais sur #audreytips.

Un utilisateur atterrit sur l’un de vos articles de blog et le lit en entier, puis ayant eu son information quitte votre site. Pour Google Analytics, c’est un rebond. Encore une fois, cela ne donne aucune idée si cet utilisateur a été engagé ou s’il a eu une bonne expérience sur votre site Web.

Idéalement, si vous pouviez définir une durée à partir de laquelle vous considérez qu’un utilisateur est « engagé » avec votre contenu, vous pourrez indiquer à Google de le sortir des rebonds.

Et c’est possible. C’est tout simplement ajuster votre taux de rebond. Et en plus, c’ est simple à mettre en œuvre.

Ajuster votre taux de rebond en modifiant le code de suivi de GA

Cela nécessite juste d’ajouter une ligne dans le code de suivi de Google Analytics que vous avez collé sur votre site Web.

<script type="text/javascript">
var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-XXXXXXX-1']);
_gaq.push(['_trackPageview']);
setTimeout("_gaq.push(['_trackEvent', 'Dur_min', 'read'])",15000);  // --ligne supplementaire
(function() {
var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true;
ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();
</script>

Il suffit d’ajouter dans le code la ligne marquée en gras et commençant par « setTimeout » avec un commentaire à la fin « ligne supplementaire ».

Cette ligne supplémentaire sert à définir la durée sur la page à partir de laquelle vous dites à Google Analytics de sortir cette visite des rebonds.

Explication : dans la ligne supplémentaire, Dur_min est le nom de votre événement et 15000 indique une durée de 15 secondes. Cela veut dire que toute visite d’une durée de plus de 15 s ne sera plus comptée comme un rebond.

Vous êtes maître de changer cet intervalle de temps en le saisissant en millisecondes (par exemple, 30 s correspond à 30 000, 60 s correspond à 60 000…).

C’est un travail très simple pour votre développeur. Remplacez simplement l’ancien extrait par celui ci-dessus.

Note : remplacer votre propre identifiant de suivi à la place de « UA-XXXXXXX-1 »)

Le taux de rebond ajusté n’est pas une méthode parfaite, mais améliore la pertinence de votre taux de rebond.

Cela aide à répondre à la question à laquelle vous avez toujours voulu que le taux de rebond réponde : « Les gens lisent-ils réellement mon contenu ? ».

Et que pense Google de tout ça ?

En fait, pour ne rien vous cacher, j’ai trouvé cette ligne de code additionnelle dans le centre d’aide de Google Analytics. C’est pourquoi, Google ne va certainement pas vous punir pour avoir utilisé une technique dont ils font la promotion.

Ajuster votre taux de rebond avec une extension WP

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Mais comme toujours, il y a une extension pour ça : Reduce Bounce Rate.

Cette extension gratuite est extrêmement simple.

Tout simplement, elle réactive le code de suivi Google Analytics toutes les 10 secondes.

Du point de vue de l’utilisateur, rien ne change. Sauf peut-être un léger rafraîchissement du favicon alors que vous ne faites rien. C’est simplement l’indication qu’un script ou un autre a été exécuté, mais cela ne rafraîchit pas la page ni ne perturbe la navigation.

Vous configurez la fréquence de déclenchement dans les paramètres de l’extension.

Gardez simplement à l’esprit que cette manipulation rend simplement vos analyses plus précises. Elle mesure avec plus de précision les vrais rebonds.

Pour réduire votre taux de rebond, voici encore d’autres options.

2. Mettre en place un exit pop-up

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Vous avez déjà très certainement visité des sites sur lesquels une fenêtre pop-up s’affiche lorsque vous déplacez votre souris en dehors de la fenêtre de votre navigateur.

Sur #audreytips par exemple, nous vous suggérons de vous inscrire à notre newsletter. De cette manière, je peux rester en contact avec vous.

En général, une fenêtre d’intention de sortie ou exit pop-up, quelle que soit la terminologie que vous utilisez, propose un formulaire d’inscription pour :

  • Télécharger un ebook,
  • S’abonner à une liste de diffusion
  • Promouvoir un service,
  • Obtenir un code de promotion…

Peu importe l’objectif, cela n’a pas vraiment d’importance pour le sujet de cet article.

En effet, ce qui nous intéresse avant tout est d’obtenir une seconde action pour réduire votre taux de rebond.

La fenêtre contextuelle d’intention de sortie se déclenche lorsqu’un utilisateur cherche à quitter votre site.

Elle ne l’empêche pas de le faire s’il le souhaite.

Mais elle attire le regard de l’internaute qui peut décider alors de renseigner le formulaire, c’est parfait !

Non seulement, vous avez généré une seconde action mais vous avez aussi récupéré son adresse e-mail.

Et si par hasard, il décide juste de fermer la fenêtre contextuelle, c’est aussi une action qui convient pour réduire votre taux de rebond.

Pour mon exit pop-up sur #audreytips, je me sers de Hellobar.

Hellobar est un service en ligne très flexible sans être trop complexe.

Vous pouvez personnaliser le design, le texte, les images, les polices de la fenêtre contextuelle.

Puis vous choisissez de la déclencher en fonction de l’intention de la sortie, mais aussi au bout d’un certain temps, d’un pourcentage de défilement de la page…

Auparavant, j’utilisais Sumo qui dispose des mêmes fonctionnalités pour réduire votre taux de rebond. Mais je trouve plus complexe à utiliser.

Il y a bien sûr bien d’autres extensions WordPress à installer sur le site de votre entreprise. Cet article de Blog Pas Cher en recense 11, par exemple.

3. Paginer vos pages

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Les experts en Référencement Naturel vous diront toujours que la pagination est un sujet délicat.

Mais utilisé correctement, cela crée automatiquement une action supplémentaire qu’un utilisateur doit effectuer s’il souhaite continuer à parcourir votre contenu.

Par contre, cela peut avoir un impact néfaste sur la convivialité de votre site ainsi que sur les positions de vos pages dans les moteurs de recherche.

Note : Google a tendance a pénalisé la sur-utilisation de la pagination.

En effet, la pagination est souvent mal exploitée. Voici un exemple :

  • Diviser un article de blog de 1000 mots en 10 sections de 100 mots avec chacune sa propre page avec sa propre petite image.
  • Ce n’est pas mauvais sauf si vous ajoutez des publicités. Dans ce cas, vous créez artificiellement des pages vues et autant d’affichages de publicités et ceci au détriment des annonceurs.

Google a alors décidé qu’il s’agissait d’une petite “arnaque” et a décidé de le pénaliser.

Néanmoins, vous pouvez toujours utiliser la pagination.

Mais assurez-vous que chaque page d’un article dispose d’un contenu significatif sans annonces display.

Par exemple, un article de 2000 mots peut être divisé en 2 pages de 1000 mots, mais jamais 20 pages de 100 mots.

Sur la plupart des thèmes bien codés, tout ce que vous avez à faire est de coller :

<! –– nextpage ––>

Là où vous voulez que la page suivante commence dans le mode texte de votre éditeur d’article sous WordPress.

La pagination apparaîtra automatiquement.

Remarque : Collez le code en mode “Texte” plutôt que dans l’éditeur visuel dans votre éditeur d’article de WordPress.

2 extensions WP pour gérer les paginations

4 fonctionnalités à implémenter pour réduire votre taux de rebond - Marketing Digital

Pour gagner du temps sur les aspects techniques, voici 2 extensions que j’ai recensées pour vous.

  • WP-Paginer est une extension de pagination gratuite et totalement personnalisable. Vous divisez un article en pages, avec un simple shortcode. Vous pouvez aussi paginer des commentaires sur les articles de blog. Enfin, vous pouvez choisir entre différents styles de bouton ou utiliser du CSS pour caler le design des boutons avec votre thème.
  • WP PageNavi procure des tas d’options pour contrôler la pagination de votre site, de vos publications, de vos répertoires de publications et de tout autre élément de votre thème. Il est très robuste. Par contre, il nécessite une connaissance suffisante du code pour pouvoir modifier directement votre thème.

Encore une fois, la pagination peut être intéressante pour réduire votre taux de rebond, mais elle peut également être préjudiciable si vous paginez excessivement vos articles.

Note : n’oubliez pas de canoniser les URL afin d’éviter que la page 2 ne s’affiche dans les résultats de la recherche lorsque vous préférez utiliser la page 1.

Mon conseil : évitez de paginer toutes vos pages. Votre objectif étant de réduire votre taux de rebond, paginez en priorité les pages les plus vues et avec le plus fort taux de rebond.

Vous les repérez sur Google Analytics dans la rubrique :

Comportement > Contenu du Site > Pages de destination.

4. Proposer des articles connexes

Les articles avec des sujets connexes présentent d’autres contenus intéressants à l’utilisateur.

Sur #audreytips, vous pouvez les voir à 3 endroits :

  • Au sein des articles avec lien “sur le même sujet”,
  • En bas des articles avec des articles connexes,
  • Dans la sidebar, avec nos guides sur le Marketing Digital B2B.

Le principe est de suggérer à un utilisateur intéressé par votre contenu d’aller lire d’autres articles.

Cela engendre un clic supplémentaire et donc diminue naturellement le taux de rebond.

Vous pouvez choisir parmi de nombreuses extensions, mais la plus flexible et la plus pratique selon moi est Contextual Related Posts.

Conclusion sur 4 astuces pour réduire votre taux de rebond

Dans cet article, je vous ai montré 4 astuces pour réduire votre taux de rebond.

Mais sans publier un contenu de haute qualité, il sera toujours difficile de réduire durablement votre taux de rebond.

Sur #audreytips, j’ai plutôt un bon taux de rebond, car la plupart des lecteurs passent beaucoup de temps sur mon site.

C’est sur ce point que tout entrepreneur doit s’efforcer de travailler : augmenter progressivement le temps que les utilisateurs passent à lire leur contenu.

Avez-vous trouvé l’une de ces 4 astuces pour réduire votre taux de rebond utile ?


Also published on Medium.