Envoyer une newsletter est un excellent moyen pour rester en contact avec votre public :

  • Non seulement, vous leur communiquez votre message,
  • Mais en plus, vous les incitez à visiter une page de votre site Web pour leur proposer un contenu intéressant.

Néanmoins, faut-il encore avoir des lecteurs !

Vendredi dernier, après avoir lu ma newsletter hebdomadaire, Laurent m’a interpellée :

Tu consacres beaucoup de temps à alimenter ta liste de contacts. En effet, inciter les internautes à partager leur adresse e-mail et à accepter de recevoir tes newsletters n’est pas chose facile. Imagine donc ta frustration si ces précieux contacts ne lisent pas tes envois.

Alors que faire si vous avez des difficultés à convaincre vos abonnés d’ouvrir votre courrier électronique ?

Pour rappel, le taux d’ouverture est un pourcentage qui indique le nombre d’emails – délivrés avec succès – qui ont été ouverts par les abonnés.

Le nombre d’emails délivrés est le nombre d’emails bien arrivés dans la boîte de réception de vos contacts, à comparer avec le nombre d’emails que vous avez effectivement envoyé.

Aujourd’hui, je me propose de lister les principales raisons pour lesquelles vos destinataires n’ouvrent pas vos newsletters.

Sans trop dévoiler mon article, voici 2 types de raisons pour lesquelles le taux d’ouverture de vos emailings est faible :

  • Vos destinataires ne les reçoivent pas dans leur boite mail, car votre envoi est considéré comme un spam,
  • Vos destinataires ne cliquent pas sur le mail pour l’ouvrir et lire son contenu.

Mais, avant cela, il est bien évident que 100 % de vos contacts ne vont pas ouvrir vos emails.

Alors, quels sont les pourcentages réellement constatés ?

C’est quoi, un bon taux d’ouverture ?

Pour commencer, il est important de distinguer :

  • Le taux d’ouverture d’un email transactionnel comme une confirmation de commande ou la réinitialisation d’un mot de passe…
  • De celui d’une campagne Marketing comme une newsletter ou une promotion…

En tant que particulier, nous accordons une plus grande importance aux emails transactionnels. En effet, certains permettent, par exemple, de vérifier qu’une commande a bien été effectuée. C’est pourquoi les emails transactionnels ont généralement des taux d’ouverture plus élevés.

Néanmoins, tout le monde n’ouvre pas forcément ses emails transactionnels. Souvent, certains se contentent de lire l’objet de l’email (par exemple : « Confirmation de commande ») depuis leur boîte de réception sans avoir le besoin d’ouvrir l’email.

Concentrons-nous plutôt sur le taux d’ouverture d’une campagne d’emails Marketing.

Le taux d’ouverture dépend de nombreux facteurs :

  • La taille de votre liste de contacts,
  • Votre fréquence d’envoi,
  • Ou encore votre secteur d’activité…

Mais en moyenne, un bon taux d’ouverture est compris entre 15 et 25 %.

Les secteurs avec les meilleurs taux d’ouverture (supérieurs à 25 %) concernent des thématiques comme l’art, la religion… ou ceux émanant d’une source gouvernementale…

Des taux d’ouverture les plus faibles (inférieurs à 18 %) sont même observés pour les secteurs autour de la Beauté, les offres promotionnelles, le e-commerce en général, le Marketing et la publicité.

Quoi qu’il en soit, il s’agit de statistiques générales et il est important que vous connaissiez les taux d’ouverture spécifiques de votre industrie.

Pour cela, consultez les benchmarks publiés par MailChimp par exemple.

Avec ces informations, vous comparez votre taux d’ouverture observé avec celui de votre secteur d’activité pour ensuite prendre les actions nécessaires.

Voici les principales actions à mener pour améliorer votre taux d’ouverture.

1. Éviter le filtre anti-spam est le premier obstacle à surmonter

Eviter le filtre anti-spam est le premier obstacle à surmonter

D’après Définitions Marketing, le spam désigne l’envoi, généralement massif et non ciblé, de messages commerciaux par e-mail à des individus n’ayant jamais donné leur consentement. Le terme de spam désigne aussi le message ainsi envoyé.

Les messages qui arrivent dans la boîte de vos courriers indésirables ne sont pratiquement jamais lus par leurs destinataires. En effet, elle est filtrée par les fournisseurs d’accès et les webmails. Ce sont les filtres anti-spam

Maintenant que nous savons de quoi nous parlons.

Comment passer au travers de ces fameux filtres ?

C’est loin d’être un problème simple à résoudre.

Les différents fournisseurs de messagerie électronique (Gmail, Yahoo, Hotmail, …) ont des règles différentes.

Néanmoins, certains principes s’appliquent à tous les fournisseurs.

Voici 8 principes à respecter pour éviter les filtres anti-spam et donc augmenter le taux d’ouverture de votre newsletter.

Travailler votre base de contacts

Vous avez acheté votre liste d’adresses de courrier électronique !

Il est probable que vos emails vont arriver dans la boîte spam.

Il est pratiquement impossible d’être sûr que ces personnes ont bien donné leur autorisation de vendre leur adresse email.

Alors abstenez-vous d’acheter des bases d’adresses e-mail.

Mon conseil : “Profiter” de la base d’un autre est une bonne façon d’atteindre de nouveaux clients. Mais la meilleure façon consiste à monter un partenariat et à lui faire envoyer en son nom une newsletter commune.

Je m’explique.

Je suis fleuriste et je viens d’ouvrir mon magasin. Mon voisin de trottoir est un pâtissier. Je lui propose une offre pour la fête des mères. Je vais offrir une rose pour tout gâteau de plus de 12 € acheté la semaine avant la fête des mères chez mon voisin.

En échange de ce “cadeau” fait à ses clients, je demande à mon voisin pâtissier d’envoyer un emailing avec cette offre et mon logo à sa base de contacts. Cela devrait faire connaître mon magasin ouvert depuis peu.

Éviter un volume d’envoi inhabituel

Le Taux d’Ouverture et le Volume d’envoi

Si vous envoyez un volume important d’emails depuis votre boite pro, essayez de les envoyer en petits lots.

Un grand nombre d’e-mails provenant d’une même adresse peut aussi déclencher le filtre anti-spam.

Mon conseil : la plupart des outils d’envois d’emailing comme MailChimp font ce travail pour vous. Alors gagnez du temps sur ces aspects purement techniques en vous appuyant sur l’une de ces plateformes d’envoi d’emails.

Attention au vocabulaire utilisé

Certains mots sont à éviter. En effet, les filtres anti-spams les surveillent de près.

On peut citer :

  • Gratuit, Maintenant,
  • Crédit,
  • Médicaments ou pire Viagra…

Ils doivent être utilisés avec soin.

En outre, évitez de les mettre en majuscules et/ou suivis de beaucoup de points d’explication !!!!!

Certains symboles, comme $ ou €, sont également à utiliser avec parcimonie.

Mélanger du texte avec une ou des images

Mélanger du texte et des images pour améliorer votre taux d'ouverture de vos emails

Idéalement, un emailing bien conçu comporte du texte et des images.

Les spammeurs évitent la barrière précédente du “vocabulaire” avec des emails avec uniquement une grande image. C’est donc devenu aussi un indicateur pour les filtres anti-spams.

Mon conseil : les newsletters purement textuelles sont plutôt fades. Alors insérez de belles images dans votre texte pour non seulement éviter la boite spam, mais aussi pour améliorer la lisibilité des destinataires. C’est Gagnant-gagnant !

Un petit secret gratuit : Utilisez Instagram pour promouvoir votre offre de produits ou services. Récupérez les photos qui ont été le plus “likées” par vos followers sur Instagram pour les inclure dans votre newsletter. Si elles ont plu à vos followers sur Instagram, elles devraient avoir leur petit succès auprès de vos abonnés à votre newsletter. Vous n’avez pas encore de compte Instagram, appliquez la même méthode avec votre page Facebook.

Soyez classique pour le formatage de votre texte

Pour vous distinguer des autres newsletters que vos destinataires reçoivent, vous pouvez être tenté d’appliquer à votre texte des polices “farfelues” ou des couleurs flash.

Je vous le déconseille.

Non seulement, vous allez distraire vos abonnés du contenu de votre message, mais c’est aussi une tactique couramment utilisée par les spammeurs.

Mon conseil : pas trop de fioritures, restez classique et efficace. Gardez la même charte graphique que celle du site Web de votre entreprise.

Ne pas insérer de formulaires

Pas de formulaires ni de pièces jointes dans vos emails promotionnels

Incorporer un formulaire dans votre newsletter peut sembler une bonne idée.

En effet, le destinataire n’a pas à cliquer sur un lien pour afficher la page qui comporte le formulaire.

Par contre, cela cause toutes sortes de problèmes pour les filtres anti-spam. Le mieux est d’éviter ce genre d’astuce.

Idem pas de pièces jointes

Pour les filtres anti-spam, les pièces jointes sont considérées comme un moyen de propager des virus.

Tous les fournisseurs de courrier électronique scrutent les courriels envoyés en quantité et avec des pièces jointes.

Pour la même raison que pour les formulaires, il est préférable de renvoyer les destinataires vers une page de votre site Web qui contient les informations à télécharger.

Pas d’adresse d’expéditeur farfelue

L’adresse d’envoi est sans aucun doute un critère pris en compte par les filtres anti-spam. Utiliser une adresse électronique avec une bonne réputation comme :

audrey@audreytips.com

a plus de chance d’atteindre votre destinataire qu’une adresse email plus obscure, comme :

au6r3y@audreytips.com

Peu importe le contenu de votre newsletter et de votre offre de produits ou services, si vous voulez augmenter le taux d’ouverture de vos newsletters, la première étape consiste à s’assurer que votre newsletter arrive bien dans la boîte mail de vos abonnés.

Abordons maintenant les astuces pour inciter à lire un mail.

2. Comment inciter à cliquer pour ouvrir votre mail

Inciter à cliquer pour ouvrir le mail

Une règle de base : comme pour toute autre action de Marketing Digital pour votre entreprise, mettez-vous dans la peau de vos destinataires.

Tester le jour et l’heure d’envoi

Prenons un exemple.

Vous travaillez en tant qu’employé dans une entreprise. C’est vendredi en fin d’après-midi après une semaine difficile. Vous recevez une newsletter.

Allez-vous la lire ou tout simplement la supprimer pour commencer la semaine suivante avec une boîte de réception propre ?

Par contre, vous êtes chef d’entreprise, vous apprécierez de la recevoir le vendredi soir pour la lire calmement le week-end.

C’est pourquoi l’heure d’envoi de votre newsletter est vraiment importante. Elle varie selon les habitudes de vos destinataires.

Penser à votre fréquence d’envoi

La fréquence à laquelle vous envoyez votre newsletter est aussi importante.

Si vous ne le faites pas assez, le destinataire ne se rappellera peut-être plus de vous.

Si vous les envoyez trop fréquemment, ils vont être fatigués par tous vos envois.

Mon conseil : il n’y a aucune règle précise. Néanmoins, il existe des études sur la fréquence d’envoi d’une newsletter par secteur d’industrie. Inspirez-vous en et cela donne des conseils très précieux.

« Humaniser » le nom de l’expéditeur

"Humaniser" le nom de l’expéditeur

Vous devez bien réfléchir à qui est l’expéditeur de votre courrier électronique.

En effet, cela apparaît en clair dans la colonne “De” de son client de messagerie.

Vaut-il mieux mettre “newsletter” ou “admin” ou encore comme moi “#audreytips” ?

Mon conseil : “Humaniser” est toujours un plus. L’utilisation d’un prénom ou d’un nom permet à coup sûr un meilleur taux d’ouverture de votre newsletter. Évidemment, cela dépend aussi du marché que vous adressez.

Travailler avec soin l’objet de vos envois

Travaillez avec soin l'objet de vos envois

Pour finir, le sujet de votre newsletter est, avec le nom de l’expéditeur, le premier élément que le destinataire de l’email va lire dans son client de messagerie.

C’est ce sujet ce qui va donc persuader votre destinataire d’ouvrir ou non votre email.

Vous devez donc rédiger avec une attention toute particulière cette phrase d’accroche.

Pour commencer, voici quelques erreurs à éviter absolument :

  • Les sujets sans appel à l’action,
  • Les numérotations et les dates comme « Lettre d’information n°1.258 – 12 mai 2019 »,
  • Les objets sans lien avec le contenu de votre newsletter,

Voici 7 conseils pour inciter vos destinataires à ouvrir votre mail pour en découvrir son contenu !

Poser une question

De cette manière, votre destinataire se sentira concerné.

  • Avez-vous lu les derniers articles de mon blog ?
  • Êtes-vous inscrit à la dégustation du 5 mai ?
  • Vous recherchez le lieu de vos prochaines vacances ?

Susciter l’interrogation du destinataire

L’objectif est ici d’attiser la curiosité de votre destinataire.

  • C’est parti : les billets à 19 € vous attendent !
  • Uniquement ce week-end : -20 % à partir de 3 produits achetés,
  • GIMS, le concert événement en direct…

N’oubliez pas qu’il reçoit des dizaines de newsletters chaque semaine.

Proposer des listes, des conseils ou des astuces

Les internautes sont habituellement très réceptifs à ces formats.

  • Urgent – 3 nouveaux postes à pourvoir,
  • 5 conseils pour visiter les châteaux de Loire,
  • 10 cadeaux originaux pour la fête des mères…

Attention cependant à ne pas être trop racoleur.

Vous inspirer de la presse écrite

Percutant, concis, accrocheur, sans être racoleur, le format du titre d’un journal peut correspondre à l’exercice.

  • Du nouveau pour la collection été 2017,
  • Énorme braderie pour nos 10 ans,
  • Même Daft Punk n’aurait pas osé !

Ajouter une émoticone (pour les experts)

Rajoutez dans votre sujet un emoticon (smiley) ou des caractères spéciaux.

  • 💛 Le résultat du Téléthon 2016 est…
  • L’été commence demain 🌅
  • [Exclu] Profitez de nos ventes privées…

Peu de personnes le font, vous allez vous démarquer de la concurrence !

Personnaliser (pour les experts)

Profitez-en pour personnaliser le sujet avec son nom ou prénom. Très utile s’il est temps pour le destinataire de renouveler son abonnement.

  • Laurent – plus que 3 jours pour s’abonner à prix réduit,
  • Bon anniversaire Audrey – venez cherchez votre bouquet,
  • Astrid – que faites-vous ce week-end ?

Faire court

Un objet de newsletter trop long sera tronqué par les clients de messagerie électronique.

Mettez donc les mots importants au début.

  • Ponts de mai : les meilleures destinations pour en profiter !

Plutôt que :

  • Les meilleures destinations pour profiter des Ponts en Mai !

Il n’est pas facile de prévisualiser l’affichage d’une newsletter pour tous les clients de courrier électronique et pour toutes les tailles d’écrans (smartphone, tablette, ordinateur).

Pour conclure sur le sujet des emailings : résumez succinctement l’offre contenue dans l’email et surtout retenez l’attention de votre destinataire. Aidez-vous de l’outil d’optimisation des sujets d’email de coschedule.com.

3. Utiliser Mailchimp pour augmenter le taux d’ouverture de vos newsletters

Servez-vous de Mailchimp pour augmenter le taux d’ouverture de vos newsletters

Mailchimp propose de prévisualiser votre newsletter avant envoi. N’hésitez pas à l’utiliser.

Par ailleurs, vous pouvez aussi vous envoyer un mail de test pour vérifier l’affichage du sujet sur différents ordinateurs et/ou mobiles.

Essayez aussi d’envoyer un mail test à 2 ou 3 collaborateurs pour recueillir leur avis.

Enfin, comme toujours en Marketing Digital, il existe des moyens pour vérifier vos progrès.

Le taux d’ouverture des newsletters varie selon votre secteur, mais entre 15 et 25 % vous pouvez considérer que vous êtes dans la moyenne.

Et pour connaître les statistiques de votre newsletter et en particulier son taux d’ouverture, je vous renvoie vers mon article “Analyser les résultats d’une campagne Mailchimp”.

Toutes les cibles ne réagissent pas de la même façon.

Tout d’abord, appuyez-vous sur mes conseils précédents.

À partir de là, pour augmenter encore votre taux d’ouverture, utilisez la fonctionnalité d’A/B Testing de votre plateforme d’avoir d’emailing pour tester différents jour et heure d’envoi, différents sujets…

Continuez sans cesse de peaufiner vos newsletters. J’ai bien peur que cela soit sans fin…

Quelles mesures avez-vous prises pour améliorer le taux d’ouverture de la newsletter de votre entreprise ? Laissez-nous un commentaire et partagez votre expérience.


Also published on Medium.