Le Référencement Naturel du site de votre entreprise est un facteur-clé de votre succès en Marketing Digital.

Et pour réussir en SEO et vous démarquer de la concurrence, il est utile de comprendre comment Google classe les résultats des recherches des internautes.

Je me suis posé la question suivante : quels sont les critères de l’algorithme de Google lorsqu’il répond à une requête d’un utilisateur ?

Autrement dit, après avoir tapé « magasin de chaussures Paris 15 », que se passe-t-il exactement dans ses serveurs pour que Google m’affiche des résultats aussi précis.

Voici ce qu’avait à en dire Laurent, quand je lui en ai touché un mot :

Excellente question Audrey, peut-être un peu technique. N’oublie pas que tu t’adresses en priorité à des chefs d’entreprises. Ils sont débordés et disposent de peu de temps à consacrer au Marketing Digital, même si ils en perçoivent l’intérêt. Alors, inspire toi de la liste de Brian Dean sur les 200 critères de l’algorithme de Google, mais sans être trop technique.

Et avant toute chose, rendons à César ce qui est à César…

Pour établir la liste des critères de l’algorithme de Google, je me suis inspirée, comme le l’a suggéré Laurent, d’un article de Brian Dean, un blogueur américain, star du SEO, en particulier du backlinking !

Mon conseil : si vous comprenez l’anglais, je vous encourage d’ailleurs à parcourir régulièrement les articles de Brian.

Voici donc cette fameuse liste, selon Brian, qui j’ai découpée en une série de 8 articles. Je fais tout mon possible pour ne pas tomber dans le piège d’un article trop technique.

Avertissement : l’algorithme de Google est un secret bien gardé. Alors, ces critères ne sont que des suppositions. Néanmoins, chacun d’entre eux s’avère pertinent. De plus, cet algorithme varie constamment, il se peut que certains ne soient plus ou temporairement désactivés ou pas.

Pour juger de la pertinence de ces critères, mettez-vous à place de Google : il cherche toujours à nous présenter les meilleurs contenus en rapport avec notre requête.

1. Critères de l’algorithme liés à votre nom de domaine

Les critères liés au nom de domaine de votre site

Votre nom de domaine doit avant tout servir votre image de marque. Ne choisissez jamais votre nom de domaine uniquement pour plaire à des soi-disant critères de l’algorithme de Google.

L’âge du nom de domaine

L’ancienneté du nom de domaine semble être prise en compte dans l’algorithme de Google sans être toutefois un facteur très important…

Concrètement, le fait qu’un nom de domaine, comme audreytips.com, soit réservé depuis 1 ou 10 ans est assez impactant, mais sans plus.

La durée de réservation du nom de domaine

C’est un point très intéressant.

Le fait que vous ayez réservé votre nom de domaine pour plusieurs années à l’avance montre à Google qu’il s’agit d’un nom de domaine sérieux.

Et au contraire, Google considère que si vous ne réservez votre domaine que pour un an, c’est peut-être que vous avez moins de légitimité.

Mon conseil : vu le faible montant annuel, réservez votre domaine pour 4 ou 5 ans. Cela ne va pas grever votre budget et éviter un oubli fâcheux chaque année.

L’historique du nom de domaine

Il s’agit ici d’analyser l’historique des propriétaires du nom de domaine.

Imaginons que vous avez réservé le nom de domaine, puis abandonné pendant 6 mois, puis de nouveau réservé, c’est plutôt négatif pour votre référencement naturel.

En effet, pour Google, c’est un manque de stabilité et donc de sérieux.

Mon conseil : faites donc bien attention à avoir un historique de réservation de votre nom de domaine continu et sans « trous ».

L’extension de pays pour votre nom de domaine

Un nom de domaine ayant une extension de pays (« .fr », « .be », « .ch »…) aide à être mieux référencé, pour les recherches des internautes de ce pays en particulier.

Par contre, il est moins efficace pour vous référencer à l’international.

Un compromis à bien juger donc.

Mon conseil : si vous ciblez uniquement la France, prenez un nom de domaine avec une extension en « .fr ». Par contre, si vous avez des velléités de cibler aussi l’international, réservez un « .com » par exemple. Pour ma part, je privilégie plutôt le .com vu que les internautes ont l’habitude de cette extension.

Sachez également que les moteurs de recherche analysent la cohérence de la langue de votre site Web, de la requête de l’internaute et de son navigateur.

Des mots-clés dans le nom de domaine

Si votre mot-clé principal (exemple « coiffure ») apparaît dans votre nom de domaine (exemple “www.coiffure-audrey.fr”), cela présente un intérêt pour votre SEO.

Note : c’est beaucoup moins crucial qu’il y a quelques années. En effet, un nom de domaine constitué que de mots-clés (comme voitures-occasion-pas-cheres.com) ne donne pas spécialement confiance aux internautes.

La position du mot-clé dans le nom de domaine

Pour compléter le point précédent, si le mot-clé est au début du domaine, c’est encore mieux.

Donc mieux vaut avoir “www.coiffure-audrey.fr” que “www.audrey-coiffure.fr”

Note : même remarque que précédemment.

Un nom de domaine « Exact Match »

Un “Exact Match Domain” est tout simplement un nom de domaine qui contient exactement les mots et termes qui sont tapés par l’internaute lorsqu’ils font une recherche.

Par exemple, « coiffeur Nantes » donnerait un Exact Match Domain (EMD) de « www.coiffeur-nantes.fr ».

Attention : un EMD pertinent donne un petit avantage, mais uniquement si votre site est :

  • En rapport avec cet EMD,
  • Et aussi d’excellente qualité.

S’il ne l’est pas, vous serez au contraire pénalisé par cette pratique ! C’est, à mon avis, très dangereux.

Un mot-clé dans le sous-domaine

Toujours dans la même thématique, si vous avez un sous-domaine, de type par exemple “coiffure.nantes.com”, cela joue en votre faveur aussi pour le SEO du site Web de votre entreprise.

Note : je ne suis pas certaine que cela soit vraiment un critère de l’algorithme de Google. En effet, d’autres experts en SEO annoncent que Google considère un sous-domaine comme un domaine à part entière.

Les informations du Whois sont publiques ou privées ?

Un WHOis public ou privé ?

Le Whois est un listing d’informations sur l’enregistrement du nom de domaine.

Cet annuaire contient en l’occurrence, parmi d’autres informations, la date d’enregistrement et les informations sur le propriétaire du nom de domaine.

Il est possible de ne pas rendre publiques ces informations lorsque quelqu’un consulte le Whois de votre nom de domaine.

Dans ce cas, Google ne peut pas non plus accéder à ces informations. Il en conclut que vous avez peut-être « quelque chose à cacher »…

Et cela peut, si c’est cumulé avec d’autres facteurs négatifs, pénaliser votre autorité de domaine.

Mon conseil : laissez donc votre Whois public. Prenez 2 minutes de votre temps pour aller voir chez votre registrar que l’option d’affichage est bien activée. Par exemple, si votre nom de domaine est hébergé chez OVH, il me semble que les informations sont cachées par défaut…

Un propriétaire du Whois pénalisé en tant que spammeur

Si l’un de vos noms de domaine est identifié par Google comme étant un spammeur, il va regarder sur Whois vos autres noms de domaine et risque de vous pénaliser pour tous ces domaines…

C’est pourquoi les spammeurs ont tendance à masquer leurs informations dans le Whois ce qui nous renvoie au critère précédent.

Mon conseil : étudiez avec attention l’historique des pénalités d’un nom de domaine avant de l’acheter. Pour cela, allez sur archive.org pour consulter le contenu présent auparavant sur le site avec ce nom de domaine et avec Moz, étudiez son autorité.

Avant de parcourir les autres critères de l’algorithme de Google, si vous n’avez pas encore réservé votre nom de domaine, voici 10 astuces pour choisir et acheter un nom de domaine parfait.

2. Critères de l’algorithme sur le contenu d’une page

2. Les critères sur le contenu de chaque page de votre site Web

Nous parlons ici des consignes du SEO « On page » qui est peut-être la partie la plus facile à mettre en œuvre du référencement. C’est en tout cas, celle qui est totalement entre vos mains.

Préambule : le mot-clé auquel je fais référence dans les critères suivants est évidemment le mot-clé de la page en question.

La présence du mot-clé dans le titre SEO

La balise Title (ou titre) d’une page Web est a priori la deuxième chose la plus importante d’une page, juste après son contenu dans son ensemble.

Ce n’est pas forcément idiot vu que c’est ce titre qui est affiché dans la page de résultats de Google.

Mon conseil : le fait de retrouver dans le titre un mot-clé pertinent pour l’activité de votre entreprise est donc très important.

La présence du mot-clé au début du titre SEO

C’est le même point que le précédent, avec la contrainte supplémentaire d’avoir mis le mot-clé au début du titre plutôt qu’au milieu ou à la fin.

Par exemple, rédigez un titre plutôt comme « Coiffure à Nantes – toutes nos coupes et tarifs » plutôt que « Nantes, les coupes et tarifs de notre salon de coiffure » si on part de l’idée que « coiffure » est votre mot-clé principal.

Note : je ne suis pas vraiment sûre que Google prenne en compte directement ce critère pour classer les pages Web.

Par contre, vu que le contenu de la requête est mis en gras dans la page de résultats, c’est sûr que cela attire plus l’œil s’il est au début. En conséquence, les internautes ont plus tendance à cliquer dessus. Et comme Google analyse le taux de clics sur ces pages, il remonte naturellement ceux qui ont le taux le plus fort.

La présence du mot-clé dans la balise de méta description

Ce facteur est moins important qu’auparavant, mais a toujours un intérêt pour le SEO de votre site Web d’entreprise.

Toujours est-il que là encore, le contenu de la requête étant en gras, s’il est mis en valeur dans la description, les internautes ont naturellement aussi plus tendance à cliquer dessus.

Mon conseil : insérer aussi le mot-clé de votre contenu aussi dans la meta-description de votre page Web correspondante.

La présence du mot-clé dans le titre H1

Le titre H1 est le titre d’une page qui apparaît cette fois-ci dans la page elle-même. Il est différent de la balise SEO vue précédemment.

Là encore, insérer le mot-clé dans le titre H1 indique à Google la pertinence de votre page Web par rapport aux informations que vous lui avez données à afficher dans ses résultats.

La fréquence d’apparition d’un mot-clé dans le contenu de la page

La densité du mot-clé dans le contenu de la page joue également en votre faveur.

Si par exemple, le mot-clé « coiffure à Nantes » apparaît 5 fois sur votre page, et qu’aucun autre mot-clé n’apparaît aussi fréquemment, Google comprendra bien que vous parlez de coiffure à Nantes.

Attention à ne pas non plus bourrer votre contenu avec ce même mot-clé. Préférez ajouter des mots-clés connexes au sens de la sémantique (LSI).

La longueur du contenu de la page

Google considère que les articles ou pages avec peu de contenu texte sont a priori moins complets, moins intéressants et/ou moins utiles que les articles plus longs.

Mon conseil : rédiger du texte conséquent pour le site Web de votre entreprise, en prenant soin de l’organiser avec des titres H1, H2, H3, pour qu’il soit bien lisible quel que soit le support de lecture (ordinateur, mobile, tablette…).

La présence de mots-clé « LSI » (Latent Semantic Indexing) dans le titre et la description de la page

Le même principe que précédemment s’applique pour ces mots-clés expliquant le contexte de synonymes dans le titre et la méta-description de la page.

Si vous êtes dans une activité, justement comme les avocats, pour laquelle il utile de préciser de quoi on parle.

Mon conseil : assurez-vous de bien compléter votre contenu avec des mots-clés sémantiquement liés comme droit, lois, juge, instructions…

La présence de mots-clé « LSI » (Latent Semantic Indexing) dans le contenu

Les mots-clés LSI sont des mots qui permettent de comprendre le sens d’un texte.

Par exemple, « avocat » est à la fois un fruit et un métier.

La présence (ou l’absence) de mots-clés « expliquant le contexte » est un signal de qualité du contenu et est, a priori, favorable pour votre référencement.

Le contenu dupliqué

Si vous mettez du contenu identique (dupliqué) sur différentes pages de votre site Web, c’est très mal vu par Google ! Même si vous modifiez ce contenu légèrement d’une page à l’autre.

Mon conseil : appliquez à la lettre cette règle toute simple “le contenu de chaque page doit être absolument unique !”. Unique dans votre site et aussi unique sur l’ensemble du Web. Ne vous amusez pas à copier-coller du contenu d’autres sites.

La balise Rel=canonical

Il s’agit ici d’une astuce technique, consistant à insérer dans votre page ce tag, pour signifier à Google la page originale. Ainsi, vous évitez que Google ne considère votre contenu comme dupliqué.

La vitesse de chargement des pages de votre site (le HTML lui-même)

La vitesse de chargement des pages de votre site (le HTML lui-même)

Un des critères de l’algorithme de Google est la durée que prennent les pages de votre site à se charger.

Plus c’est rapide, mieux c’est.

Plus exactement, selon mes recherches, Google ne pénalise que les sites trop lents …. Il est coutume de dire que si votre page s’affiche en moins de 2 secondes, vous êtes bien optimisé. Cherchez à aller plus vite, améliore certes l’expérience utilisateur, mais ne contribue pas à être mieux classé dans les pages de résultats.

Tout simplement, parce que Google pense à l’expérience utilisateur. Aujourd’hui, plus personne n’a la patience d’attendre 15 secondes pour chaque nouvelle page de votre site e-commerce ne se charge.

Mon conseil : pensez donc bien à vous assurer que votre hébergeur est performant, que vous n’avez pas trop d’extensions consommant des ressources sur votre site, que vos photos et images ne sont pas trop lourdes…

Pour les images, mettez en pratique mes 23 recommandations pour optimiser votre site sous WordPress.

Pensez aussi à tester régulièrement le temps de chargement de votre site sur un service en ligne gratuit comme Pingdom, GT Metrics ou encore Dareboost. Ce dernier est mon préféré puisqu’il est en français et donne des recommandations compréhensibles par un non technicien.

La vitesse de chargement des pages de votre site, via Google Chrome

Google a développé et propose gratuitement le navigateur Web Chrome. Vous l’avez peut-être même installé sur votre ordinateur.

Et bien, Google se base aussi sur les données des utilisateurs de Chrome pour agréger des statistiques sur la vitesse de chargement des pages de votre site Internet !

D’ailleurs, depuis peu, Google Search Console dispose d’un rapport sur le temps de chargement dans la rubrique Améliorations > Vitesse (fonctionnalité expérimentale).

Vous y retrouvez les pages que Google a identifiées comme « Lentes », « A vitesse modérée » et « Rapides ». Pour cela, il analyse des remontées d’informations depuis le navigateur Chrome d’internautes qui ont consulté vos pages.

Mon conseil : à nouveau, une bonne raison de vous assurer que votre site est rapide et qu’il le soit également sous Chrome.

Bon à savoir : avec Google Analytics, vous connaissez le pourcentage de vos visiteurs qui utilisent Chrome par rapport à d’autres navigateurs. Pour cela, visitez la rubrique Audience > Technologie > Navigateur et OS.

L’optimisation des images de votre site

Optimiser vos images est essentiel pour votre référencement.

Voici quelques points à faire lorsque vous ajoutez des images ou photos sur les pages de votre site Internet de votre entreprise :

  • Mettre des mots-clés dans le nom du fichier (exemple : coiffure-nantes.jpeg),
  • Ajouter un alt text,
  • Ajouter un titre, une description et un libellé…

Pourquoi ?

Car tout ceci fournit des indications à Google sur le contenu de la photo. Ainsi, il va bien indexer vos images dans Google Image, mais aussi comprendre le contenu de votre page et plus globalement celui du site de votre entreprise.

Le fait que votre page ait été mise à jour récemment

Google aime aussi que les pages sur lesquelles il envoie les internautes, via les résultats de son moteur de recherche, soient « récentes ».

Ainsi, il considère que le contenu de la page est encore à jour et toujours pertinente. Dans cette logique, Google surclasse les pages les plus récemment mises à jour par rapport aux plus anciennement mises à jour.

Mon conseil : mettez à jour régulièrement le contenu de l’ensemble de son site et supprimez les pages qui ne sont plus d’actualité.

Et voilà pour les 25 premiers critères de l’algorithme de Google qui classe les résultats de recherche.

Vous pouvez poursuivre avec les 25 autres critères de l’algorithme de Google autour du contenu de vos pages.

Qu’avez-vous pensé de cette liste ? Vous donne-t-elle des idées sur comment optimiser le référencement naturel du site de votre entreprise ? 


Also published on Medium.