Pourquoi vouloir comprendre l’algorithme Google ?

Voilà ce que Laurent m’a conseillé quand je me suis lancée il y a quelques semaines dans la découverte détaillée de l’algorithme de Google :

Pour booster ton Référencement Naturel, la première étape est de comprendre l’algorithme Google dans ses moindres détails. Evidemment, l’algorithme n’est pas dévoilé, mais certains critères sont faciles à imaginer dès que l’on sait que Google souhaite en premier lieu délivrés des résultats pertinents par rapport à l’intention de recherche de ses utilisateurs.

Voilà un objectif clair.

Et j’en profite pour vous en faire un compte-rendu et vous aider à gagner du temps sur ces aspects un peu techniques de votre Référencement Naturel.

Je rappelle que cette série doit tout ou presque à l’excellent Brian Dean.

Si vous avez un peu de temps, allez découvrir ce qu’il écrit sur Backlinko. Ses articles sont de la plus grande valeur !

Préambule : comme vous ne savez, Google ne publie pas son algorithme de classement. C’est pourquoi les critères, listés dans cette série d’articles, ne peuvent être que des suppositions. Néanmoins, ils semblent tous être des candidats possibles. Enfin, l’interaction éventuelle entre tous ces facteurs de classement n’est pas du tout décrite dans nos articles.

Quoiqu’il en soit, pour bien comprendre l’algorithme Google, prenez comme hypothèse qu’ils cherche à vous offrir des résultats de recherche de grande qualité.

A partir de cette hypothèse, faites vous votre propre avis sur les critères suivants.

Suite des critères spéciaux liés à l’algorithme de Google

Je poursuis cette liste de critères, qualifiés de « spéciaux » déjà entamée dans le précédent volet de cette série pour comprendre l’algorithme Google.

Les résultats de type Shopping

Vous le savez probablement, Google lance plein d’activités dans toutes les directions.

L’e-commerce en fait également partie via Google Shopping.

Sur Google Shopping, vous recherchez et comparez les offres de vos magasins préférés. Par ailleurs, c’est aussi une offre publicitaire dédiée aux produits que vous pouvez vendre en ligne.

Ce critère consiste tout simplement à constater que Google surclasse parfois des résultats de type annonces Shopping dans les résultats, bien  évidemment uniquement lorsque c’est approprié.

Mon conseil : si vous avez une boutique en ligne, pensez bien à déclarer votre liste de produits sur Google Shopping !

Les résultats de type Images

comprendre l'algorithme Google - recherche images

Si vous utilisez fréquemment Google, vous avez sûrement remarqué la recherche par image.

En effet, on peut choisir le type de résultats qu’on veut afficher après avoir lancé une recherche.

Ici, j’ai tapé « audreytips » et en cliquant sur « Images », Google ressort certaines images publiés sur #audreytips.

Et bien, Google peut de temps en temps insérer dans les résultats organiques (l’onglet « Tous » dans la recherche ci-dessus), des résultats de type Images.

Cela dépend du fait que les internautes font aussi souvent cette même recherche dans Google Images.

Mon conseil : pensez à bien préciser un « alt text » sur toutes les photos/images présentes sur votre site. Vous pouvez aussi, pour plus d’impact, renommer les fichiers images afin qu’ils contiennent les mots-clés pour lesquels vous cherchez à être bien classé. Pour ce faire, j’utilise l’extension pour WordPress : Media File Renamer.

Les résultats de type « Easter egg »

comprendre l'algorithme Google - easter egg

Chez Google, on ne manque pas d’humour.

En effet, les développeurs glissent des « Easter Eggs » (c’est-à-dire Oeufs de pâques en Anglais).

Ces Easter eggs peuvent être des petites fonctionnalités ou de simples plaisanteries qui apparaissent dans la page de résultats.

Le plus souvent, ce sont de simples animations, mais des fois cela peut aussi être des mini-jeux.

Pas de panique, il ne s’agit pas de hacker qui ont pris possession des serveurs du géant du web, mais juste des fonctionnalités cachées dont le but est de surprendre les utilisateurs avec une expérience utilisateur originale.

Le fait de « découvrir » des mots-clés qui génèrent ces petits cadeaux de la part de Google est un jeu qui crée un lien entre Google et ses utilisateurs.

Il s’agit ici d’un critère très spécial !

Il n’y a pas ici de façon particulière d’exploiter ce système. D’ailleurs, ce serait probablement mal perçu par vos prospects d’optimiser une page pour l’un de ces mots-clés !

Les signaux sociaux de l’algorithme Google – partages, likes…

Comprendre l'algorithme Google - les signaux sociaux

Pour comprendre l’algorithme de Google, poursuivons par l’activité sur les réseaux sociaux.

A priori, Google prend en compte le nombre de fois que votre votre contenu a été partagé sur les réseaux sociaux et quelque critères sur le compte lui même qui partage vos contenus.

L’influence des réseaux sociaux sur le SEO reste floue. Par contre, elle existe, c’est sûr. Par contre, je pense qu’il s’agit de critères dont le poids est plutôt faible.

Mon conseil : mettez en place une stratégie de « social media » sur le long-terme et pertinente pour votre activité. Pensez également à ajouter des boutons de partage social sur le site Web de votre entreprise.

Twitter

Le nombre de fois que votre page a été tweetées

Si votre page a fait l’objet de nombreux tweets, cela semble être très favorable au référencement de cette page.

Mon conseil : si votre entreprise anime une communauté très active sur Twitter, trouvez un moyen de tweeter des pages de votre site, tout en apportant un contenu intéressant !

L’âge et l’autorité des comptes Twitter qui tweetent votre page

Toujours sur Twitter, on peut imaginer que Google prennent en compte l’âge du compte Twitter à l’origine des tweets ainsi que son autorité (c’est-à-dire a priori le nombre d’abonnés).

Et plus le compte est ancien et/ou a beaucoup d’abonnés mieux c’est pour l’algorithme de Google.

Donc, dans cet exemple, avoir de nombreux tweets d’une page n’a aucune valeur si Google ne s’assure pas aussi qu’il s’agit de tweets provenant de « vrais comptes Twitter » et non pas d’une opération de spam.

Facebook

Le nombre de « j’aime » sur Facebook

Vous connaissez probablement les « likes » (ou « j’aime » en français) sur Facebook.

Pour revenir à l’algorithme Google, on peut imaginer que le nombre de likes de votre page pro sur Facebook influe sur le classement des pages de votre site.

Augmentez le nombre de likes de manière naturelle, mais en étant ambitieux. Cela peut avoir a un impact sur le référencement de votre site d’entreprise.

Le nombre de partages sur Facebook

Dans la suite du critère précédent, Google doit sûrement prendre en compte également le nombre de partages d’une de votre page sur Facebook.

Les partages ont, pour Google, davantage d’intérêt et donc de poids que les likes. En effet, ils sont assimilables à la création d’un backlink.

Mon conseil : incitez les gens qui suivent votre page Facebook à lire vos contenus et à les partager à nouveau.

L’autorité des comptes Facebook

Comme pour Twitter, Google donne plus de poids à des likes et des shares provenant d’un compte Facebook ancien et avec de l’autorité.

Par exemple, si vous obtenez un partage sur Facebook de la part de Bill Gates, cela a bien plus d’impact qu’un partage de la part de votre voisin, sauf si votre voisin est Bill Gates.

Pinterest

Le nombre de pins sur Pinterest

L’algorithme de Google doit probablement prendre en compte les « pins » (épingles en français) que les internautes font de vos pages Internet sur Pinterest. Plus vous en avez, mieux c’est pour votre SEO.

Mon conseil : intégrez, si c’est pertinent pour l’activité de votre entreprise, Pinterest dans votre stratégie de social media.

Les autres médias sociaux

Le nombre de partages sur les réseaux sociaux de partage

Il existe des réseaux sociaux spécialisés dans le partage d’infos et de liens. Par exemple, on peut citer Reddit et Digg. Pas très connus en France, ils sont très utilisés aux Etats-Unis.

Le fait d’avoir beaucoup de partages de votre page Web sur ce type de réseaux de partage est un autre signal de qualité « sociale » pris en compte par Google.

La capacité à vérifier qui a produit le contenu

Google cherche aussi à vérifier qui a produit le contenu sur votre page, surtout s’il s’agit d’un avis d’expert ou d’une interview d’une personne connue.

Dans ce cas, Google tente de vérifier qui est vraiment l’auteur en analysant les liens vers les profils de réseaux sociaux, tels que LinkedIn par exemple.

Mon conseil : si vous êtes un expert dans votre domaine et que vous produisez du contenu sur le site de votre entreprise, assurez-vous de lier correctement ce contenu avec votre profil LinkedIn.

Le contenu pertinent autour du signal social

Imaginons que vous soyez fleuriste.

Vous avez publiée une très belle page sur votre site sur comment faire pousser des clématites en extérieur.

Mieux vaut que quelqu’un partage votre lien sur Facebook en parlant de clématites dans le texte accompagnant le partage.

Si le texte autour de votre lien, dans le partage, n’a rien à voir, ce n’est pas un bon signe transmis à Google qui peut considérer ce partage comme du spam.

Mon conseil : évitez le spam, sur le Web en général, comme via email et sur les réseaux sociaux.

Votre objectif doit être d’obtenir un engagement social réel et authentique sur les réseaux sociaux.

C’est toujours contre-productif pour votre SEO d’avoir plein de partages non justifiés ou « forcés ».

Les signaux sociaux pour l’ensemble du site

Google agrège aussi l’ensemble des signaux sociaux reçus par l’ensemble des pages d’un site, pour booster le référencement naturel des pages individuelles de ce site.

Mon conseil : comme indiqué précédemment, travaillez votre présence sur les réseaux sociaux. Plus vous avez d’engagements sociaux réels et authentiques, plus l’ensemble de votre site en bénéficie vis-à-vis de l’algorithme de Google.

Posez-vous alors la question comment générer plus d’engagement social.

Les critères de l’algorithme liés à la puissance de la marque

comprendre l'algorithme Google - la puissance de la marque

Tous les critères suivants sont en rapport à la notion de « marque » (voire de « grande marque »). Les marques sont favorisées par le simple fait qu’elles sont connues…

Et une marque connue, cela nous inspire confiance. Et pour Google, c’est la même chose.

C’est pourquoi Google met en effet fortement en avant les marques dans son algorithme de classement des résultats de recherche.

Pour comprendre l’algorithme Google, voyons comment il évalue la puissance de votre marque.

C’est assez évident.

La notoriété d’une marque se mesure aux yeux de Google avec le volume de recherche sur le nom de la marque lui-même.

Par exemple, plus le volume de recherches sur « #audreytips » sur Google sera conséquent, plus ma marque sera puissante.

A partir d’un certain seuil – qui doit dépendre sûrement de vos concurrents – Google active les critères liés aux marques.

Les marques ont le droit à plusieurs résultats

Si vous faites une recherche dans Google qui est liée à une marque, Google n’hésite pas à vous afficher plusieurs résultats liés au nom de domaine de la marque.

Ceci est en incohérence avec son principe de vouloir proposer une diversité dans les résultats, mais en cohérence avec son envie de mettre en avant les grandes marques qui, soyons honnête, n’en ont pas forcément besoin.

La présence d’une marque dans le texte du lien

Un lien hypertexte, comme par exemple j’aime Coco Chanel, qui contient le nom d’une marque, a plus de poids (beaucoup plus) qu’un lien classique sans la citation d’une marque.

Mon conseil : développez vos relations presse qui sont génératrices de backlinks sur votre nom de marque.

Les citations d’une marque en dehors de backlinks

Sachez que les citations de votre marque en dehors d’un lien hypertexte ont également de la valeur, comme nous le verrons maintenant.

Pour se faire une idée de savoir si votre entreprise est une marque ou pas, Google regarde aussi les mentions de votre marque sans qu’il n’y ait de lien hypertexte associé.

Comme par exemple dans cette phrase, où je mentionne Facebook, sans faire de lien vers Facebook.

Le site a beaucoup de likes sur sa page Facebook

Google part du principe que les marques tendent à avoir une page Facebook et qu’en général leurs pages ont beaucoup de likes (« j’aime »).

Mon conseil : pour renforcer le signal que votre entreprise est une marque, animez la page Facebook pro de votre entreprise. Et ensuite, travaillez sur la durée en ayant une démarche qualitative pour disposer de nombreux likes sur votre page Facebook.

Le site dispose d’un compte Twitter avec beaucoup de followers

En anglais, « follow » signifie suivre. Sur Twitter, on parle de « followers », c’est-à-dire de suiveurs pour un compte donné.

Toujours dans la même optique que le critère précédent, si votre site d’entreprise dispose d’un compte Twitter associé, avec énormément de followers, cela envoie un signal fort à Google que vous êtes une marque.

Mon conseil : il coule de source. Créez un compte sur Twitter. Liez-le à votre site Internet et accumulez un maximum de followers (toujours dans une démarche qualitative et en bannissant toutes opérations de spam).

La présence d’une page entreprise sur LinkedIn

Toujours dans l’idée d’identifier les marques, Google vérifie également la présence d’une page entreprise sur LinkedIn.

Mon conseil : créez une page entreprise sur LinkedIn et liez-la au site Web de votre entreprise.

La présence de salariés qui indiquent travailler pour votre entreprise sur LinkedIn

Dans la lignée du point précédent, certains experts du SEO pensent que Google analyse même s’il y a des salariés de votre société qui indiquent travailler pour votre société sur LinkedIn.

Ce serait à nouveau un signal qu’il s’agit d’une marque.

Evidemment, ce critère influence indirectement votre SEO : tout d’abord en poussant Google à vous considérer comme une marque, et par suite, en permettant à votre site d’entreprise d’être boosté dans ses résultats de recherche.

Mon conseil : demandez à vos salariés de créer un profil sur LinkedIn, d’indiquer qu’ils travaillent pour votre société et aussi de suivre votre page entreprise sur LinkedIn.

La légitimité des comptes sur les réseaux sociaux

Google prend en compte le niveau de légitimité des comptes de votre entreprise sur les réseaux sociaux.

Grosso modo, c’est un mauvais signe pour un compte Twitter avec 10.000 abonnés si :

  • Personne ne fait jamais de retweet, ni de « like » sur vos tweets,
  • Ou vous ne tweetez qu’une fois par an !

Cela indique à Google que votre compte Twitter n’est pas très actif, ou pire est un « faux ».

Mon conseil : une stratégie sur les réseaux sociaux doit être jouée sur le long-terme, avec assiduité, authenticité, pertinence et grande qualité.

Ce n’est pas la peine de se lancer sur les réseaux sociaux si c’est pour arrêter au bout de quelques semaines. Vaut être présent sur un réseau social et d’y être actif quotidiennement.

La mention du nom de la marque dans Google Actualités

comprendre l'algorithme Google - Google Actualités

Ce critère influence surtout les grandes marques.

Si elles sont mentionnées dans Google Actualités, c’est sûrement un signal clair pour Google qu’il s’agit d’une marque très populaire.

Voici un exemple ci-dessus, pour Tesla, la marque de voitures électriques.

On peut aussi imaginer qu’une marque cotée en bourse a plus de poids qu’une entreprise privée. Et Google dispose de toutes ces informations avec Google Finance.

Mon conseil : pour ces 2 derniers critères, mon conseil est simple. Faites grandir votre entreprise au point que votre marque devient connue et paraisse dans la presse régulièrement.

Plus facile à dire qu’à faire !

Conclusion sur ces quelques critères probables pour bien comprendre l’algorithme Google

Encore 25 critères à prendre en compte pour comprendre l’algorithme de Google, qui détermine l’ordre des résultats de recherche sur ce moteur de recherche et donc la position de votre site d’entreprise !

Ces critères supposés, évoqués ici, concernent principalement :

  • Votre présence sur les réseaux sociaux,
  • Et la force de votre marque.

Une utilisation régulière des différents réseaux sociaux, des publications, des interactions envoient des signaux positifs à Google.

Cette activité montre la vivacité de votre marque et Google en déduit naturellement que vos contenus sont à jour.

Les réseaux sociaux dont le contenu est indexé par Google sont donc plus légitimes pour vous aider à être bien classé sur le moteur de recherche.

D’autre part, votre entreprise existe en tant que marque pour Google dès lors qu’elle fait l’objet de requêtes régulières.

En outre, pour être considérée comme telle, votre marque doivent évidemment détenir des comptes « entreprise » ou « professionnel » sur les réseaux sociaux.

LinkedIn propose de lier des profils de personnes à un compte « Entreprise ». Alors demandez à vos collaborateurs de bien indiquer sur leur profil le lien avec votre page entreprise pour renforcer son autorité.

Pour finir de comprendre l’algorithme Google, voici le dernier article de notre série.

Qu’en avez-vous pensé ? Cela vous donne-t-il des idées pour optimiser votre SEO ?


Also published on Medium.