Me revoici à nouveau en pleine forme pour poursuivre la série d’articles sur le référencement Google et en particulier l’algorithme de ce moteur de recherche.

Voici ce qu’en pense Laurent, à qui j’ai demandé son avis récemment sur cette série d’articles :

Audrey, tes articles m’intéressent beaucoup. Par contre, j’en ai parlé autour de moi et certaines entrepreneurs n’y comprennent pas grand-chose. D’autres y ont trouvé de bonnes idées pour optimiser leur référencement naturel et gagner du temps sur tous ces aspects un peu techniques.

Quoi qu’il en soit, je poursuis sur ma lancée.

Et je réitère mes remerciements à Brian Dean de Backlinko.com, spécialiste du SEO et des backlinks.

Je vous invite à suivre son blog, car il est super intéressant !

Préambule : Google ne divulgue pas pour le moment son algorithme de classement des pages Web. C’est pourquoi les critères décrits dans cette série d’articles ne sont que des suppositions. Cette liste est donc forcément non exhaustive. En plus, son algorithme est mis à jour en permanence. C’est pourquoi, il est probable que certains de ces 200 critères ne soient plus d’actualité ou temporairement désactivés.

Encore 2 derniers facteurs liés aux liens retours (backlinks)

2 derniers facteurs liés aux liens retours (backlinks)

Les critères suivants sont la suite des facteurs supposés sur les liens retours.

Pour rappel, les liens retours sont les liens que vous arrivez à obtenir sur d’autres sites et qui pointent vers votre propre site d’entreprise.

Ils marquent la popularité de votre site Web.

Les experts en Marketing Digital parlent de « Backlinks ».

La qualité du contenu dans lequel se trouve le backlink

La qualité, toujours la qualité.

C’est l’obsession de Google.

Et quelque part, les développeurs chez Google ont raison !

Quel que soit votre avis sur ce point, Google favorise les liens retours insérés dans du contenu Web riche, utile et pertinent.

Au contraire, les liens retours provenant de pages au contenu mal rédigé, sans images et mal structuré, ont moins d’intérêt.

Mon conseil : choisissez toujours avec précaution les sites sur lesquels vous tentez d’obtenir des backlinks. Ciblez avant tout la qualité !

Les liens retours présents sur l’ensemble du site

Pas besoin de chercher à gagner à tout prix des liens retours qui sont insérés dans toutes les pages d’un même site Web, comme c’est le cas dans le menu ou le footer.

En effet, Google affecte à ces zones un poids plus faible. Je pense même qu’il les considère comme un seul et unique lien retour.

Mon conseil : privilégiez toujours des liens qui pointent vers l’une de vos pages dans le contenu même d’une page.

Les critères liés aux comportements des internautes

Référencement Google - Les critères liés aux comportements des internautes

Nous abordons ici une nouvelle catégorie de critères.

En effet, les 10 critères suivants concernent l’activité et les interactions des internautes qui visitent le site de votre entreprise.

Un CTR organique pour un mot-clé

Ooops, c’est un peu barbare !

Pas faux, mais suivez-moi et vous allez mieux appréhender ce critère.

Le CTR est l’abréviation de Click-Through-Rate, ce qui signifie le “taux de clics” en anglais.

D’après Définitions Marketing, le taux de clics est le ratio du nombre de clics sur un élément cliquable sur le d’affichages de cette page.

Le CTR est qualifié d’organique quand on ne prend en compte que des liens non payants – c’est-à-dire que l’on exclut les clics sur les bannières publicitaires par exemple.

Tout ceci est assez cohérent puisque les liens payants ne font pas partie du référencement Naturel.

Si le CTR organique d’un lien augmente pour une page optimisée pour le mot-clé de ce lien retour, ce dernier reçoit probablement un poids supérieur.

En conséquence cela va faire remonter booster vos positions dans les pages de résultats de Google.

Mon conseil : que cela soit pour les backlinks ou le maillage interne, ne trichez jamais avec vos liens. Ils doivent toujours correspondent à ce que l’internaute attend lorsqu’il clique dessus.

Un CTR organique pour tous vos mots-clés

Il s’agit du même critère que le précédent, mais appliqué à l’ensemble des mots-clés de tout votre site.

Mon conseil : pour optimiser votre le taux de clics , bien travailler vos titres de pages, URLs et meta-descriptions, car c’est cela qui apparaît dans les pages de résultats de Google !

Le taux de rebond

A priori, Google semble se servir du taux de rebond sur une page pour remonter ou descendre sa position dans les pages de recherche. Mais rien n’est sûr.

Toujours d’après Définitions Marketing, le taux de rebond est obtenu en divisant le nombre de rebonds par le nombre total de visites.

Par exemple, un taux de rebond de 50 % signifie qu’une visite sur deux ne comprend qu’une page vue (la page d’arrivée).

Petite précision : les experts du SEO ne sont pas tous d’accord sur ce point.

Mon conseil : Que ce soit le cas ou pas, travaillez vos pages pour les rendre aussi attractives et intéressantes que possible.

Ne fut-ce que pour plaire aux visiteurs du site de votre entreprise !

Et suivez cet indicateur page par page depuis votre compte Google Analytics sous la rubrique Comportement > Toutes les pages.

Le trafic direct

Le trafic direct

C’est confirmé !

Google utilise des données provenant de Google Chrome, son propre navigateur Web, pour classer les sites que vous visitez.

Par exemple, il scanne si les internautes accèdent en direct à votre site, ou pas

Un site avec beaucoup d’accès direct est un signe positif pour Google.

C’est assez logique puisque les internautes s’y rendent de manière totalement volontaire.

C’est le signe que votre marque est reconnue donc a priori c’est un gage de confiance de la part des internautes.

Mon conseil : suivez cet indicateur dans Google Analytics qui apparaît dans la rubrique Acquisition > Tout le Trafic > Canaux.

Et paramétrez correctement vos URLs puisque le trafic direct est aussi le fourre-tout de Analytics pour toutes les sources de trafic qu’il n’arrivent pas à catégoriser.

Le trafic récurrent

Toujours en rapport avec le critère précédent, il est possible que Google, via son navigateur Chrome, analyse si un site obtient du trafic récurrent de la part des mêmes internautes, que ce soit au niveau de la page ou du site tout entier.

Mes conseils :

  • Pour connaître la proportion de visiteurs récurrents sur une période, consultez la rubrique Audience > Comportement > Visiteurs nouveaux/connus de votre compte Google Analytics,
  • Diffusez en place également une newsletter pour fidéliser vos lecteurs et qui les incitent donc à revenir visiter votre site.

Les sites bloqués

Aujourd’hui, pouvoir bloquer un site n’est plus faisable depuis son navigateur.

Mais cela l’était il n’y a pas encore si longtemps.

La règle était la suivante : plus les internautes bloquaient l’accès à un site Web, plus son SEO se dégradait.

Ce qui paraît tout à fait logique.

Les marques-pages (ou sites favoris) dans Chrome

Toujours en exploitant les données des internautes de Google Chrome, il semble aussi que Google compte le nombre de fois qu’un site est « bookmarké ».

Évidemment, plus les internautes déclarent un site en favori, plus son classement remonte dans l’algorithme du moteur de recherche.

Mon conseil : si ce critère s’avère être vrai, le fait de mettre un bouton ou un lien « Ajoutez notre site dans vos favoris » sur votre site peut être utile pour améliorer votre référencement Google.

Note : D’ailleurs, ceci ne peut qu’augmenter le taux de vos visiteurs récurrents et donc jouer sur le critère précédent.

Les données de la Toolbar Google

Les données de la Toolbar Google

Sur le navigateur Internet Explorer de Microsoft, Google propose une barre d’outils (toolbar en anglais).

Certains experts SEO pensent que Google se sert aussi des données recueillies par leur toolbar pour influencer le référencement Google des sites Web.

Avouez que ça donne des frissons dans le dos de connaître toutes les façons par lesquelles Google peut nous “espionner” !

Note : Il n’existe pas de barre d’outils Google pour Chrome puisque toutes les fonctionnalités y sont déjà intégrées. La barre d’outils Google pour Firefox n’est plus disponible et vous ne pouvez pas installer non plus la barre d’outils Google sur Edge.

Le nombre de commentaires

Vous permettez sûrement à vos utilisateurs de commenter vos contenus sur le blog de votre entreprise.

C’est d’ailleurs le cas sur #audreytips.

Il semble que Google prend en compte le nombre des commentaires par page.

Le principe est le suivant : si le contenu de la page est intéressant, il est probable que beaucoup d’internautes vont le commenter. Cela est donc un signal potentiel que Google prend probablement en compte.

Mon conseil : à condition que cela soit approprié pour votre entreprise, permettez aux visiteurs de votre site d’ajouter des commentaires en bas de page. C’est une fonctionnalité en natif de la plupart des CMS. Dans WordPress vous pouvez la paramétrer dans la rubrique “Réglages > Discussion” de votre console d’administration.

La durée passée sur la page

On imagine que Google prend également en compte la durée que les internautes passent sur vos pages.

C’est a priori même un critère important.

En effet, si les internautes passent peu de temps sur votre site, c’est un signe pour Google du manque d’intérêt de votre site.

Au contraire, s’ils y restent de longues minutes, voire des heures, c’est totalement bénéfique pour votre référencement Google !

Mes conseils :

  • Faites en sorte de produire du contenu qui incite à rester longtemps sur vos pages. Cela veut dire du contenu utile, intéressant, captivant… En bref du contenu de haute qualité !
  • Assurez-vous aussi que les visiteurs de votre site font bien partie de votre cible. C’est une bonne raison de ne pas acheter des backlinks sur des sites sans aucun rapport avec votre contenu.
  • Enfin, suivez cet indicateur dans votre compte Google Analytics sous la rubrique Audience > Comportement > Engagement.

Quelques règles « spéciales » de l’algorithme

Quelques règles "spéciales" de l'algorithme

Il existe plein d’autres critères bien plus pointus, voire techniques.

Nous allons les parcourir maintenant.

Query Deserves Freshness : la requête mérite du contenu frais

Il s’agit ici d’une mise à jour de 2011 pendant laquelle Google a mis à jour son algorithme pour favoriser des requêtes (recherches) qui sont « fraîches », dans le sens qui sont récentes.

Par exemple, si actuellement (aujourd’hui), énormément de gens sont en train de faire des recherches sur un certain match de foot très important, les pages qui traitent de ce sujet voient leur SEO booster temporairement.

Query Deserves Diversité : la requête mérite du contenu diversifié

Pour certains mots-clés tapés dans Google, le moteur de recherche estime qu’il faut présenter aux internautes non seulement du contenu frais, mais aussi une variété suffisante de contenus.

L’exemple vient à l’esprit est le cas des homonymes.

Par exemple, le mot-clef « Ted » représente à la fois une comédie hollywoodienne mais aussi un format de conférences très connues dans le monde de la High Tech.

Si un internaute tape juste “Ted” dans sa barre de recherche, Google ne connaît pas le contexte de cette recherche, il va donc présenter un mélange de pages sur les 2 homonymes.

L’historique de navigation de l’utilisateur

Google enregistre votre historique de navigation lorsque vous naviguez sur le Web.

Cet historique est enregistré sur votre ordinateur mais aussi sur les serveurs de Google si votre navigateur est connecté à votre compte.

En analysant cette masse de données, Google personnalise sa page de résultats selon l’internaute.

Plus un internaute consulte fréquemment le site Web de votre entreprise, plus votre site est jugé “populaire” par Google pour cet internaute.

L’historique de recherche de l’utilisateur

Le moteur de recherche essaie de comprendre la logique entre vos recherches.

Prenons un exemple.

Vous recherchez dans Google tout d’abord pour « comparatif TV ». Car vous voulez acheter une nouvelle télévision.

Ensuite vous tapez « 3D » un peu plus tard dans votre barre de recherche favorite. Google va comprendre alors que vous cherchez probablement à vous renseigner sur les TV 3D.

Le ciblage géographique

Nous l’avons déjà indiqué dans un précédent critère.

Pour les recherches nationales ou locales, Google favorise des sites qui ont un serveur dont l’IP est dans le même pays.

Il favorise aussi le site de votre entreprise (pour ces recherches nationales/locales) si votre extension de nom de domaine (.fr, .es, .de) correspond au pays.

Mon conseil : à nouveau, si vous ciblez une clientèle exclusivement en France, choisissez un nom de domaine en “.fr” et un hébergeur dont les serveurs sont basés en France métropolitaine !

Vive le « Made in France » !

La recherche sécurisée

Certains internautes activent la sécurisation parentale sur le navigateur pour protéger leurs enfants des sites contenant du contenu pour adultes ou avec de la vulgarité.

Dans ce cas, les sites en question sont non seulement déclassés, mais n’apparaissent plus du tout.

Les plaintes DMCA

Qu’est-ce qu’une plainte DMCA ?

D’après Wikipedia, la DMCA (Digital Millennium Copyright Act) est une loi américaine de 1998 dont le but est de protéger les droits d’auteurs.

Si un site Web reçoit trop de plaintes relatives à cette loi, son classement dans les pages de résultats de Google est pénalisé.

Mon conseil : Soyez en règle dans votre activité professionnelle, respectez toujours les droits d’auteurs. N’utilisez pas de vidéos, d’images, ni de musiques dont vous n’avez pas préalablement acheté les droits d’utilisation ou allez-mes piocher dans des bibliothèques d’images libres de droit !

La diversité de domaines

A priori, une mise à jour récente de l’algorithme du moteur de recherche Google s’assure que les résultats d’une recherche soient issus de plusieurs noms de domaine différents.

Donc si vous tapez « écran plat pas cher », aujourd’hui vous obtenez des résultats venant de plus de sites différents qu’il n’y a quelques années.

Les recherches transactionnelles comme Google Flights

Les recherches transactionnelles comme Google Flights

On entre ici dans des considérations plus précises et pointues.

Google affiche des résultats différents pour certaines requêtes de type achat.

Par exemple si vous cherchez un billet d’avion, Google va préférer vous afficher directement de quoi acheter votre billet sur son service Google Flight.

Ca va être plus dur de lutter avec simplement du contenu Web. Heureusement que Google n’est pas (encore) présent en direct sur tous les secteurs d’activité.

Les recherches locales

Les recherches locales

Il s’agit ici d’un point très important !

Pour des recherches locales, Google place souvent les pages Google My Business au-dessus des résultats organiques normaux.

Les experts en SEO Local l’appellent le Google Local Pack.

Encore une fois, le moteur de recherche surclasse des résultats liés à son réseau social que peu de gens utilisent de manière volontaire 🙂

Vous en voyez un exemple ci-dessus, pour une recherche sur « avocat paris ».

Mon conseil : ayez impérativement au minimum un compte Google My Business correctement renseigné pour votre entreprise si vous ciblez une clientèle locale, ou réalisant des recherches locales. ET pour optimiser votre référencement local, répondez à tous les commentaires et publiez régulièrement des Google Posts.

Les recherches Google Actualités

Certaines recherches déclenchent aussi un résultat de type Google Actualités.

Ces résultats se positionnent typiquement au-dessus des autres résultats organiques.

Mon conseil : si votre activité s’y prête, trouvez des mots-clés pertinents pour votre entreprise qui sont également dans l’actualité.

Dans ce cas, publiez du contenu sur votre site qui traite de cette actualité pour bénéficier de plus de trafic.

Par exemple, pendant la campagne présidentielle, si l’un des candidats s’exprime sur votre secteur d’activité, publiez un article sur votre blog qui parle de votre secteur en ajoutant des mots-clés qui évoque le candidat ou son parti.

La préférence donnée aux grandes marques

Depuis la mise à jour baptisée « Vince » en 2009, Google surpondère les résultats liés aux “grandes” marques…

Par exemple, si vous êtes un créateur de parfums, le mot-clef “Jean-Paul Gaultier” est classé devant vous, tout simplement parce qu’il est connu depuis longtemps !

Mon conseil : c’est un petit peu “dégoûtant” pour les marques qui se lancent, je vous l’accorde. Devenez vite une marque de référence dans votre niche.

Vous voulez poursuivre ? Voici le lien pour accéder au 7ème volet de cette série pour comprendre les 200 critères du classement Google [151 À 175].

Ces critères vous donnent-ils des idées pour optimiser votre référencement Google ?


Also published on Medium.