Certains d’entre vous reçoivent probablement ma newsletter que j’envoie le vendredi.

Et chaque lundi, je consulte mes indicateurs sur Mailchimp pour analyser vos réactions par rapport à cet envoi d’email.

J’imagine que, vous aussi, en tant que chef d’entreprise, vous diffusez votre newsletter. Si ce n’est pas encore le cas, vous devriez : 81 % des internautes français sont abonnés à au moins une newsletter (source Marketing Management).

Et comme moi, vous voulez savoir ce que vos abonnés en font une fois arrivée dans leurs boîtes de réception.

J’en discutais hier avec Laurent et voilà ce qu’il me disait :

Chaque jour, nous recevons tous, des dizaines d’emails dans nos boîtes mail. La plupart sont directement mis à la corbeille sans jamais avoir été ouverts. Vu le flux incessant des emails, évitez absolument les erreurs de débutants insupportables pour les abonnés à votre newsletter.

Alors, quelles sont les erreurs classiques qui font de votre newsletter un échec cuisant ?

1. Ne pas utiliser un outil d’envoi de newsletter

1. Ne pas utiliser un outil d’envoi de newsletter

Je commence par cette erreur pour plusieurs raisons :

  • Avec un outil d’envoi spécialisé, votre newsletter est beaucoup plus professionnelle que si vous l’envoyez depuis votre compte personnel sur Gmail, Yahoo, Orange…
  • Évidemment, vous servez que vous devez utiliser le champ « Cci » (copie carbone invisible) insérer les adresses de vos destinataires. Mais une erreur est vite arrivée et vous risquez de les insérer dans le champ « À » et donc les rendre visibles par tous vos contacts.
  • La CNIL impose que chaque abonné puisse se désabonner d’une newsletter. Pour vos destinataires, il est beaucoup plus facile de cliquer sur le bouton « se désabonner » que d’avoir à vous écrire un mail. Et pour vous, vous devrez supprimer manuellement un abonné de votre liste d’envoi. Avec un outil d’envoi de newsletter, c’est automatique et vous connaissez en un clic le nombre de désabonnements demandés,
  • Chaque boîte de réception affiche les courriers électroniques un peu différemment selon les fournisseurs. Les outils d’envoi de newsletter gèrent ce problème pour vous,
  • Vous n’avez pas accès aux statistiques de vos campagnes comme par exemple “Combien de destinataires ont ouvert votre courriel ?”,
  • En utilisant les outils d’envoi d’emailing, vous n’avez pas à vous soucier de la “délivrabilité” de vos emailings. Les outils d’emailing ont un taux de délivrabilité beaucoup plus élevé (90-99 %) que si vous envoyez un volume conséquent d’un email depuis votre outil de messagerie personnel. Plus de mails délivrés, c’est plus de mails lus et donc plus de chances de maintenir vos ventes…

Mon conseil : voilà une erreur facile à corriger : choisissez un outil d’emailing professionnel en fonction de vos besoins.

Pour cela, analysez les caractéristiques et les tarifs en vous inspirant si nécessaire de mon article sur les 7 critères indispensables d’un outil d’emailing. Puis testez votre outil préféré pendant la période d’essai gratuite.

2. Mal gérer votre liste d’adresses email

Emailing : 10 erreurs à éviter 2. Mal gérer votre liste d’adresses email

Une base de contacts de bonne qualité est primordiale pour assurer le succès de vos campagnes de marketing.

En effet, les plus forts taux de conversion sont constatés sur des newsletters envoyées à des personnes qui :

  • Connaissent votre marque ou service,
  • Sont engagées avec votre entreprise,
  • S’attendent à recevoir un message de votre part,

Alors comment déterminer le niveau de qualité d’une liste de contacts ?

Vos contacts se sont-ils bien inscrits à votre liste de diffusion ?

Collecter une liste fiable d’adresses email est sûrement parmi les choses les plus difficiles à faire.

D’ailleurs, les professionnels du Marketing Digital ont chacun leurs propres trucs et astuces.

Vous pouvez donc être tenté d’acheter une base d’email.

Mais voilà ce que vous allez constater :

Les destinataires n’ont jamais entendu parler de vous

La plupart des courriels vont être ignorés ou pire déclarés en tant que spam par vos destinataires.

Et pour le peu de personnes qui vont ouvrir votre mail, le taux de clics sera forcément très faible.

Vous allez détériorer la réputation en tant qu’expéditeur et risquez à terme d’être banni par votre outil d’envoi d’emailing.

Une grande proportion des adresses est obsolète

Rien ne vous assure que les adresses achetées sont encore actives.

Nous constatons régulièrement que plusieurs dizaines de pourcents d’une base d’emails non travaillée deviennent caduques chaque année.

En plus, vous allez dépenser de l’argent pour des crédits d’envoi d’e-mails qui n’arrivent jamais à destination.

Le cadre juridique est très strict

Le cadre juridique pour l’achat d’une base de contacts est très strict, alors autant rester en règle dans votre activité professionnelle.

“Les adresses fournies par le vendeur ou par le loueur doivent être opt-in (c’est-à-dire que le propriétaire de cette adresse a préalablement donné son accord pour recevoir des courriels) et que l’email de prospection doit comporter une option de désabonnement.”

À noter que cette règle, imposée par le RGPD, est différente si vous utilisez des adresses emails de particuliers (B2C) ou de professionnels (B2B).

Mon conseil : suivez ce principe de base « pas de message commercial sans accord préalable du destinataire ».

Vos contacts se sont-ils inscrits à votre liste, il y a plus d’un an ?

Il est coutume de constater que chaque année, 30 % de vos abonnés vont disparaître, et ceci pour différentes raisons :

  • Ils ont changé d’entreprise et donc d’adresse email,
  • Ces contacts ont changé de fonction dans l’entreprise et ne sont plus concernés pas votre offre,
  • Ils se sont orientés vers une offre concurrente…

C’est comme ça, vous n’y pouvez rien.

Par contre, n’oubliez jamais que vous voulez une base de courriels de bonne qualité. C’est pourquoi, il est très important de maintenir votre liste de contacts à jour.

Mes solutions :

Effacer de votre liste de contacts :

  • Tous ceux qui n’ont pas ouvert un seul de vos mails depuis une longue période,
  • Et surtout ceux qui ne se sont jamais abonnés par eux-mêmes à votre newsletter.

Pour récolter une base de contacts efficace, servez-vous d’outils comme Hellobar.

N’oubliez pas d’envoyer aussi un courriel de bienvenue à vos nouveaux abonnés.

Mais rien ne vous empêche de récolter des adresses mails dans votre magasin, ou lors d’un salon professionnel sur les cartes de visite…

Maintenant que :

  • Vous êtes sûr que votre outil d’envoi a bien délivré votre newsletter à ses abonnés,
  • Et que ceux-ci sont bien impliqués avec votre marque,

les performances de vos newsletters vont considérablement augmenter.

Ces 2 premiers points sont essentiels pour réussir vos campagnes de marketing par courriel.

Néanmoins, les 7 conseils suivants vont encore plus améliorer les performances de votre newsletter.

3. Mauvais design de votre Email

3. Mauvais design de votre Email

Je ne parle pas ici des emails au format texte, mais des newsletters au format HTML qui est plus visuel et attrayant.

  • Optez pour un design simple en accord avec l’image de votre marque,
  • Attention au mobile. 61 % des internautes français lisent leurs mails sur un smartphone (source Marketing Management). C’est pourquoi vous perdez beaucoup d’opportunités si votre newsletter n’est pas lisible sur mobile,
  • N’abusez pas du texte. Une newsletter n’est pas un article de blog avec ses centaines de mots. Ne faites pas l’erreur de surcharger votre newsletter avec trop de contenu en pensant que vos destinataires feront la sélection par eux-mêmes. Montrez-leur juste ce qu’ils ont besoin de savoir,
  • Rendez vos newsletters faciles à survoler. Découpez-les avec des titres en gras, rédigez des paragraphes faciles à lire, utilisez des listes, etc.

Mon conseil : concevoir une newsletter de qualité est une tâche qui nécessite un peu de temps.

Mailchimp, comme la plupart des autres outils d’envoi d’emailing, proposent de modèles de newsletters performants, prêts à l’emploi et “responsive”.

Utilisez-les, surtout si vous démarrez.

C’est aussi le moyen d’être sûr que votre mail sera lisible aussi sur mobile. Puis, sauvegardez votre template de mail pour n’avoir qu’à l’adapter au contenu de votre prochaine campagne.

Même si vous avez beaucoup de produits à vendre ou d’informations à transmettre, mettez en avant uniquement ceux qui sont le plus pertinent pour vos abonnés.

4. Et les boutons des réseaux sociaux

Comme vous, je suis abonnée à des newsletters de nombreuses marques. Je ne comprends pas pourquoi certaines ne rajoutent pas le moyen d’interagir avec leurs comptes sur les réseaux médias ou via courrier électronique.

Ma solution : n’oubliez pas d’inclure en bas de votre newsletter les icônes des réseaux sociaux. En effet, certains de vos abonnés vont peut-être un jour décider de :

  • Faire le nettoyage dans leurs emails,
  • Et préférer vous suivre sur les réseaux sociaux.

5. L’objet de vos emails ne percute pas !

Emailing : 10 erreurs à éviter 5. L’objet de vos emails ne percute pas !

Peu importe la qualité du contenu de votre newsletter, un mauvais objet va gâcher vos efforts. Car vous aurez un mauvais taux d’ouverture.

Mon conseil :

Choisissez un objet accrocheur qui incite vos abonnés à ouvrir votre mail pour accéder à son contenu :

6. Mauvaise hiérarchie dans les informations

Nous avons tous une capacité d’attention très courte, surtout lorsque nous consultons nos mails sur mobile.

Vous devez garder cela à l’esprit lorsque vous ajoutez du contenu à votre newsletter.

Mon conseil : concevez votre newsletter avec la technique de la “pyramide inversée” :

  • En commençant par les informations les plus importantes,
  • Puis en poursuivant par les informations moins importantes.

Montrez d’abord vos meilleurs produits, vos meilleures offres ou vos promotions.

De cette façon, vous êtes sûr qu’ils sont remarqués. Efforcez-vous aussi que les informations en haut du mail soient bien en rapport avec l’objet du mail.

7. Où est le bouton d’appel à l’action (CTA) ?

Ca y est, vous avez rédigé votre newsletter avec un contenu de qualité, il est temps de penser à l’appel à l’action.

  • En avez-vous un ?
  • Reflète-t-il clairement ce que vous attendez de vos destinataires ?
  • Est-il bien visible et dans une position commode ?

Mon conseil : ayez des boutons d’appels à l’action courts, simples et lumineux. N’en utilisez pas trop, je dirai même un seul CTA par envoi.

Une des meilleures façons de faire est de placer votre CTA au sommet de l’e-mail, puis de l’insérer à nouveau à la fin.

Pour approfondir : pourquoi ajouter un seul Call To Action sur chaque page ?

8. Attention aux fautes de frappe !

Faute de frappe, erreur d’inattention, faute d’orthographe… tout le monde en fait, tout le monde ne les remarque pas, mais cela peut irriter certaines personnes.

Mon conseil : soyez patient avant d’envoyer votre email. Relisez (ou mieux faites relire) le texte attentivement avant de l’envoyer.

Inspirez-vous des mêmes techniques de relecture d’un article de blog.

Sans oublier que Mailchimp vous propose de prévisualiser votre mail et même envoyer un mail de test auprès de vos collègues pour relecture.

9. Mauvais timing d’envoi

Emailing : 10 erreurs à éviter 9. Mauvais timing d’envoi

Quand avez-vous envoyé votre dernière newsletter ?

Le faites-vous régulièrement ?

Sur son blog, Mailchimp publie régulièrement des études sur les performances des campagnes d’email de leurs clients.

La fréquence d’envoi et le choix du jour et de l’heure de la semaine ont une influence sur les résultats d’une campagne d’emailing.

Par exemple, le taux de conversion est plus élevé lorsque vous envoyez 2 newsletters par mois. Autrement dit, si vous envoyez votre campagne qu’une fois par mois, vous perdez de l’argent.

Mon conseil : avec une communication régulière, vous établissez une relation solide avec votre auditoire.

Si vous n’êtes toujours pas satisfait de vos résultats de votre newsletter :

10. Ne pas suivre les résultats de la campagne

Comment s’améliorer sans connaître les résultats obtenus par les campagnes précédentes ?

Lorsque vous choisissez un service d’envoi de campagne marketing par courrier électronique, regardez quelles sont les statistiques fournies dans les rapports.

Il est utile de suivre au moins 4 indicateurs qui sont :

  • Le taux d’ouverture : c’est-à-dire le pourcentage de destinataires qui ouvrent les mails.
  • Le taux de clic : c’est-à-dire le pourcentage de destinataires qui cliquent sur un lien ou le CTA du mail.
  • Votre taux de rebond : c’est-à-dire le pourcentage de mails qui ne sont pas arrivés dans les boîtes mails.
  • Et le taux de désabonnement qui correspond au nombre de désinscriptions sur le nombre d’emails envoyés.

Avec 4 taux, vous identifiez les forces et faiblesses de vos emailings. C’est la seule façon pour s’améliorer.

Pour vous challenger, Mailchimp publie régulièrement quelques statistiques constatées selon le secteur d’activité et la taille de l’entreprise de ses clients.

Et enfin, pour les plus avancés d’entre vous, connectez MailChimp à votre compte sur Google Analytics. Ainsi, vous connaîtrez même le chiffre d’affaires (ou tout autre objectif de conversion) généré par un envoi d’emailing.

Conclusion sur les 10 erreurs communes des emailings

Je vous souhaite tout le succès avec vos campagnes d’emailing !

Pour cela suivez bien les règles suivantes :

  • Utiliser un outil d’envoi de newsletter professionnel. #audreytips recommande MailChimp,
  • Apprenez à gérer votre liste d’adresses email,
  • Soignez le design de vos campagnes d’emails et testez-le sur mobile avant tout envoi,
  • Portez une attention toute particulière à l’objet de vos emails,
  • Structurez le texte de vos emails en commençant par les messages les plus importants,
  • Relisez pour éviter toutes fautes de frappe,
  • Placez avec soin votre bouton d’appel à l’action (CTA),
  • Et les boutons des réseaux sociaux,
  • Testez la fréquence et l’horaire de vos envois,
  • Analysez les performances de vos campagnes.

Ensuite si vous voulez tout savoir sur les techniques de l’email marketing, consultez mon guide pratique du marketing par email pour les entrepreneurs.

Quand on l’adopte, une newsletter devient vite indispensable. Qu’en pensez-vous ?


Also published on Medium.