Pour la plupart des entrepreneurs, s’assurer de la bonne santé de votre entreprise est important.

Mais s’assurer de la bonne santé de votre site internet l’est tout autant.

Et sur Internet, le “Centre de santé” de votre site Web est l’outil Google Search Console.

J’en parlais hier matin avec Enrick, notre audrey’s angel, expert Data et Analytics, et voici son avis d’expert :

Je consulte quotidiennement la Search Console #audreytips ainsi que celles de nos clients. C’est très important pour vérifier que tout est en ordre et qu’il n’y aucun bug majeur. La GSC donne les points importants à surveiller pour gagner du temps sur ces aspects un peu techniques du référencement naturel.

Bien dit Enrick, l’utilisation de Google Search Console contribue à sécuriser votre activité professionnelle.

Aujourd’hui, je vous livre 11 points-clés à vérifier de manière régulière.

C’est la Checklist Google Search Console que j’utilise régulièrement.

Rappel rapide sur l’intérêt de Google Search Console

Rappel rapide sur l’intérêt de Google Search Console

À quoi sert la Google Search Console ?

À l’origine, cet outil, proposé gratuitement par Google, était destiné aux webmasters. D’où son ancien nom les “Google Webmaster Tools”.

Mais aujourd’hui, tout entrepreneur est aussi un webmaster. En effet, une entreprise sans site Internet n’est plus vraiment une entreprise de nos jours.

Vous devez gérer votre visibilité sur la toile de façon rigoureuse et assidue. En plus, recueillir un flux important de trafic sur votre site est fondamental pour développer votre entreprise.

Au travers de la Search Console, Google vous donne une multitude d’informations sur votre site Web et sur la façon dont il le “voit” et le “comprend”.

Je vous rappelle que Google indexe les sites Internet, et en particulier les pages des sites Internet, grâce à des robots.

Son principal robot s’appelle le “Googlebot”. Ce n’est ni plus ni moins qu’un petit logiciel qui visite votre site Web régulièrement.

Grâce à toutes les données récoltées par ce robot, Google connaît de nombreux aspects de votre site et les partage avec vous.

Pour aller plus loin, voici un article qui précise à quoi sert exactement la Google Search Console.

Pourquoi la consulter régulièrement ?

Les données collectées par la GSC sont donc le bilan de santé de votre site Web émis par le docteur Google.

C’est pour ça qu’il est important de rendre votre site Google friendly. Ainsi, Google aura une vision précise de vos thématiques et votre cœur de métier. Il peut alors proposer votre entreprise aux internautes qui pourraient devenir vos futurs clients !

Inutile d’investir des efforts conséquents pour construire votre marque, produire du contenu de qualité, le diffuser sur les réseaux sociaux… pour générer du trafic de qualité sur votre site Web si celui-ci n’est pas “OK” du point de vue de Google. Tous ces efforts sont vains.

Alors, de la même manière que vous faites votre propre bilan de santé de manière régulière chez votre médecin… Et que vous entretenez votre forme, pensez à faire la même chose pour votre site Web !

À quelle fréquence consulter la Google Search Console ?

Une fois que la (bonne) décision de consulter l’outil de manière régulière est prise, arrive la question de la fréquence de consultation.

Ma réponse : tout dépend de l’importance que vous accordez au site Web de votre entreprise.

Peu importe la taille de votre entreprise, votre niveau de chiffre d’affaires ou encore votre nombre de salariés, si la visibilité et le développement de votre image de marque sont une priorité, vous devez consacrer du temps régulièrement pour consulter votre Search Console.

Cela étant dit, je vous conseille de consulter votre Search Console :

  • Au minimum 1 fois par mois, pour une consultation complète,
  • Si possible 1 fois par semaine, pour résoudre d’éventuels problèmes (15-30 minutes),
  • Et si votre site Internet est crucial pour votre activité, consultez au moins 5 minutes, tous les jours. Pour vous assurer que votre stratégie SEO est sur la bonne voie et qu’il n’y a pas de problème d’indexation.

Une bonne façon de procéder est de prévoir un “check-up complet” (1 heure de travail) une fois par mois, et une vérification rapide (quelques minutes) de manière très régulière.

Pour cela, suivez ma propre checklist Google Search Console.

Mes 11 points de contrôle sur la Search Console [Checklist]

Mon objectif dans cette partie est de vous donner les informations principales à vérifier de manière régulière concernant votre site Internet.

Passons donc sur chaque rubrique importante à consulter, l’une après l’autre !

1. Un coup d’œil rapide à la vue d’ensemble

Checklist Google Search Console - Un coup d’œil rapide à la vue d’ensemble

Une fois connecté à votre compte Search Console, cliquez sur la propriété (le site) qui vous intéresse.

La vue d’ensemble s’affiche avec à gauche le menu de navigation comme vous le voyez dans l’image ci-dessus.

Cette vue d’ensemble est composée de 3 grandes rubriques :

  • Performances,
  • Couverture,
  • Améliorations.

En haut à droite, il y a aussi une icône “notification” qui vous signale si Google vous a envoyé des messages. C’est souvent pour vous signaler des erreurs que vous recevez aussi par email.

En quelques secondes, vous pouvez voir :

  • Depuis “Performances”, si le trafic généré par Google ne subit pas de chute inquiétante,
  • Dans le cadre “Couverture”, si vous avez des erreurs d’indexation qui peuvent venir de problèmes dans votre fichier sitemap. Pour rappel : le sitemap est un fichier XML qui signale les pages de votre site Web devant être indexées par Google et autres moteurs de recherche.
  • Et tout en bas dans “Améliorations”, des erreurs par thème : signaux Web essentiels, Ergonomie mobile, AMP, Champs de recherche…

Nous reviendrons dans le détail sur tous ces sujets, dans la suite de cet article.

Une fois ce premier parcours très rapide du tableau de bord réalisé, passez ensuite à l’étape suivante de ma Checklist Google Search Console, si vous voyez des points à corriger.

2. Consultez et résolvez vos erreurs d’Index

Checklist Google Search Console - Consultez et résolvez vos erreurs d’Index

La deuxième rubrique dans le menu de navigation de la Search Console est “Index”.

L’index de Google est tout simplement une grande base de données dans laquelle Google stocke toutes les pages et sites Web du monde entier.

Tous ceux qu’il “connaît” en tout cas grâce au Googlebot qui est le logiciel en charge de visiter les sites Web et les stocker dans l’index.

À chaque passage de son robot, il le met à jour. Il vous donne ici l’évolution de ce qu’il a trouvé.

Remarque : Google ne peut faire figurer dans ses résultats de recherche que les pages qui se trouvent dans son Index. Et si une page ne figure pas dans son Index, c’est comme si elle n’existait en termes de référencement naturel. Si le site Web de votre entreprise n’est pas dans l’index de Google, vous avez peu de chance d’apparaître dans les résultats de recherche. Votre référencement naturel est inexistant.

L’outil Search Console donne des informations-clés sur les pages de votre site Web qui sont dans l’index de Google.

L’onglet “Index” contient 3 sous-rubriques :

  • Couverture,
  • Sitemaps,
  • Suppression.

2.1. Consultez les données de couverture

Dans l’écran ci-dessus, vous constatez qu’il n’existe pas d’erreurs majeures sur #audreytips.

Vérifiez régulièrement le nombre de pages dans l’index

Votre site Web contient probablement au moins 5 à 10 pages, et peut-être 100, voire plus si vous publiez régulièrement du contenu.

Il est important de vous assurer que Google “connaît” toutes ces pages.

Mon conseil : vérifiez régulièrement l’allure de la courbe de l’état d’indexation. La courbe doit être en croissance constante.

Si elle ne l’est pas, c’est :

  • Qu’il y a un problème avec votre site Web,
  • Que vous avez modifié par erreur votre fichier robots.txt,
  • Que ne vous créez pas de contenu régulièrement,
  • Ou encore que vous avez volontairement supprimé des pages de votre site Web.

Dans les 2 premiers cas, agissez vite pour corriger le problème !

Mon conseil : je vous recommande de suivre la démarche suivante :

  • Vérifiez régulièrement que le nombre d’erreurs n’augmente pas de manière plus rapide que l’ajout des pages sur votre site. Si c’est le cas, il y a un problème à résoudre rapidement.
  • Fixez-vous un objectif de consulter le détail des erreurs et de corriger un nombre précis d’erreurs très régulièrement. Il y va de la visibilité de votre site Internet. Je vous conseille de corriger les erreurs chaque semaine.

2.2. Vérifiez vos sitemaps

Pour éviter que Google découvre par lui-même toutes vos pages, autant lui indiquer par avance.

C’est l’objet du fichier Sitemaps.

Ce dernier se met à jour dès que vous faites une modification sur votre site et il est transmis ensuite à Google qui va décider plus ou moins rapidement de lancer son robot pour récupérer le contenu des pages.

Sous WordPress, tout ce processus est parfaitement mis en œuvre par une extension comme Yoast SEO pour WordPress. Et dans ce cas, les améliorations suggérées par la Search Console sont plutôt rares, une fois la configuration effectuée.

Mon conseil : le sitemap ne garantit pas l’indexation des pages… Mais autant vous assurer qu’il soit en bonne santé, lui aussi.

Alors consultez régulièrement cette page et traitez les erreurs et avertissements qui s’y trouvent ! C’est aussi un bon moyen de consulter la date d’indexation de vos pages. Ainsi, vous savez si vos mises à jour ont été prises en compte par le moteur de recherche.

2.3. Gérez vos suppressions d’URLs

Dans cette rubrique, vous pouvez déclarer à Google les URLs que vous n’utilisez plus ou qui sont obsolètes. De cette façon, il va les supprimer aussi de son Index.

Là aussi, c’est un moyen d’accélérer la mise à jour de l’Index au lieu d’attendre que les robots le découvrent par eux-mêmes.

C’est un bon moyen de faire le ménage dans l’indexation de votre site Web. Il n’est jamais bon de garder des vieilles adresses URLs qui pointent vers une page d’erreur 404. Cela en va de la bonne santé de votre site.

3. Analysez les améliorations suggérées par Google

Checklist Google Search Console - Analysez les améliorations suggérées par Google

Une fois, dans son Index, Google analyse vos pages afin de pouvoir les classer dans ses résultats de recherche. Ceci se fait avec les fameux 200 critères probables de son algorithme.

Parmi tous ces critères, il y a de nombreux facteurs techniques comme le temps de chargement des pages, leur compatibilité sur mobile, sans compter l’analyse des données structurées.

C’est dans la rubrique “Améliorations” de la Search Console que Google vous fait son compte-rendu. Ce sont les mêmes sous-rubriques que vous retrouvez sur la vue d’ensemble, évoquée précédemment.

Vous y trouvez un état des lieux sur :

  • Les signaux Web essentiels,
  • L’ergonomie mobile,
  • Le format AMP,
  • Les données structurées comme les FAQ, les champs de recherche, le fil d’ariane…

Note : il se peut que vous n’ayez pas toutes ces rubriques, ou d’autres. Tout dépend de ce que vous avez implémenté sur votre site et ce que Google arrive à identifier dans son index.

Même si c’est moins vital que des erreurs sur l’Index, essayez de corriger rapidement toutes les améliorations suggérées, pour au moins 2 raisons :

  • Google préfère toujours mettre en avant des pages sans erreur,
  • Si vous tardez, vous risquez d’accumuler des dizaines d’erreurs ce qui est décourageant lorsque vous décidez de les corriger.

Passons en revue ces différentes rubriques de ma Checklist Google Search Console.

3.1. Signaux Web essentiels

C’est la métrique en vogue pour 2021. Elle prend en compte le temps de chargement et la qualité de l’interface utilisateur.

Cette rubrique met à disposition 2 rapports : l’un pour mobile, l’un pour ordinateur.

Le rapport rassemble des statistiques anonymisées sur les temps de chargement réel de vos URLs.

Ces statistiques sont les mêmes que :

Google a récemment annoncé 3 choses très importantes :

  • Il analyse vos pages une par une et ne tient pas en compte l’aspect global de votre site,
  • Il analyse en priorité dans son mobile les pages au format mobile (à partir de mars 2021),
  • Et il accorde (à partir de mai 2021) un boost de classement si les 3 indicateurs d’une page sont au vert.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

3.2. Ergonomie mobile

Google aime l’ergonomie mobile des sites Web. C’est-à-dire le fait que votre site Web s’affiche bien sur les smartphones et autres tablettes.

Pourquoi ?

Car plus de 50 % du trafic Internet est réalisé via ces appareils (source StatCounter).

Cette sous-rubrique détaille les erreurs qui peuvent survenir lors d’une consultation de votre site sur un mobile.

Les plus communes sont le texte illisible, éléments cliquables trop ou rapprochés ou encore du contenu plus large que l’écran.

Mon conseil : assurez-vous d’être le plus souvent à “0 erreur” et de traiter rapidement les erreurs listées par Google.

Prenez très au sérieux toutes ces éventuelles erreurs afin de les corriger au plus vite. Là encore, c’est en rapport avec le Mobile First Index. C’est pourquoi c’est l’un des 11 points de contrôle de ma Checklist Google Search Console. 

Mais vous pouvez aller encore plus selon les technologies et/ou données structurées implantées dans votre site Web.

3.3. Le format AMP

Le format AMP (Accelerated Mobile Page) est du code HTML appauvri destiné à s’afficher rapidement sur mobile.

Ce format est particulièrement adapté pour les pages de contenus comme un blog d’entreprise, un site de médias…

Vous pouvez l’implémenter sur votre Site Internet sous WordPress avec une extension comme AMP for WP.

Là encore, Google a annoncé ne prendre en compte que les pages AMP sans aucune erreur. C’est dommage d’avoir fait le nécessaire et de ne pas en retirer les bénéfices pour une petite erreur.

3.4. Les données structurées

Vous pouvez avoir accès à d’autres sous-rubriques comme les FAQ, le fil d’ariane, les Champs de recherche (SiteLink)…

La plupart de ces sous-rubriques sont en rapport à un type de données structurées.

Pour faire simple, une donnée structurée sur une page Web sert à étiqueter une information sur une page Web pour indiquer aux moteurs de recherche à quoi ça correspond plutôt qu’il le devine par lui-même.

Par exemple, vous pouvez lui dire ceci est mon numéro de téléphone, mon adresse…

Là encore, il ne s’agit pas de tricher. Google est intolérant.

De la même façon, une erreur même involontaire vous fait perdre les avantages de ce taggage.

4. Vérifiez la sécurité et autres actions manuelles

Vérifiez la sécurité et autres actions manuelles

Google s’implique dans la santé de votre site, mais aussi dans la protection de ses utilisateurs.

En plus de ses puissants algorithmes, il y a aussi une équipe d’examinateurs (des humains) qui peuvent prendre des dispositions contre vous.

Elles sont signalées dans cette rubrique selon 2 catégories :

  • Les actions manuelles,
  • Les problèmes de sécurité.

4.1. Les actions manuelles

Dans cette étape de ma Checklist Google Search Console, vous vérifiez que Google n’a pas de grief avec votre site !

Si le moteur de recherche estime que vous “abusez” ou “trichez” d’une manière ou d’une autre, il peut prendre des sanctions contre votre site.

Les actions manuelles sont prises si vous ne suivez pas leurs règles de qualité.

Ceci ne va pas arriver si vous pensez à votre cible au lieu de chercher à détourner l’algorithme de Google, comme utiliser des techniques du Black Hat SEO.

Évitez d’utiliser des techniques de référencement black hat. Vous pouvez y gagner à court terme, mais jamais sur la durée. Google est très attentif et pénalise ses techniques peu éthiques.

Mon conseil : vérifiez très souvent qu’aucune action manuelle n’a été prise par les salariés de Google à l’encontre de votre site. Si c’est le cas, agissez très rapidement pour résoudre le problème. Des indications sont données sur la marche à suivre.

4.2. Les problèmes de sécurité

La Search Console propose une autre sous-rubrique intéressante qui donne les éventuels problèmes de sécurité sur le site Web de votre entreprise.

Google vous alerte s’il pense que votre site a été hacké par des pirates et que votre site présente donc une menace de sécurité pour les internautes :

  • Du contenu placé sur votre site sans votre autorisation,
  • Un logiciel malveillant installé par un hacker (ou par vous !).

Il vous faut naturellement agir vite et efficacement (avec l’aide de votre développeur) si un problème apparaît ici.

Google veut préserver la qualité de l’expérience utilisateur des internautes, et n’hésite pas à déclasser dans son index les sites jugés “dangereux”.

Note : si cela est le cas, corrigez le problème puis prenez contact avec l’équipe Google depuis la Search console. Si vous êtes de bonne foi, c’est en général traité rapidement.

5. Consultez votre profil de liens

Consultez votre profil de liens

Avec cette fonctionnalité, vous étudiez vos backlinks (liens externes) ainsi que vos liens internes, c’est-à-dire le maillage de votre site.

Il est important de travailler vos liens externes pour augmenter votre domaine d’autorité et donc votre positionnement dans les recherches Google.

Ces liens externes sont les liens que d’autres sites font qui pointent vers des pages de votre site.

Ils sont très importants, car Google les utilise pour calculer le “PageRank” de chacune de vos pages : c’est la popularité de votre page.

Plus vous avez de liens externes pertinents et de qualité, plus la popularité de votre site augmente et plus vous aurez de trafic.

Néanmoins, il existe de nombreux outils bien plus puissants que Google Search Console pour analyser votre profil de liens entrants.

Mon conseil : sachant que ces données ne sont ni exhaustives et parfois peu complètes, je vous recommande d’ouvrir cette page afin de simplement s’assurer qu’il n’y ait pas de chute brutale du nombre de liens externes identifiés par Google.

Si c’est le cas, analysez la raison et assurez-vous qu’il n’y ait pas de problème au niveau de votre popularité ou de vos sites partenaires.

6. Analysez comment les internautes vous trouvent

Même si je l’aborde en dernier, le premier rapport que Google propose concerne vos performances dans les pages de résultats de recherche.

En effet, je considère qu’il faut mieux commencer par corriger la plupart des erreurs avant d’analyser votre présence dans le SERPs.

Ceci étant dit, voyons le contenu de ce rapport même si il ne fait pas partie de ma checklist Google Search Console.

6.1. Découverte de la section performances – Présentation Générale

Découverte de la section performances – Présentation Générale

Après avoir cliqué sur “Performances”, vous voyez les filtres de recherche ci-dessus.

Les données s’affichent selon 4 dimensions d’intérêt pour vous :

  • Le nombre de clics : le nombre de visiteurs qui ont cliqué sur un de vos liens présents dans google qui pointe vers votre site,
  • Les impressions : le nombre de fois que les utilisateurs de Google ont vu l’une de vos pages dans les résultats de recherche,
  • Le CTR, ou taux de clic : le ratio entre le nombre de clics et le nombre d’impressions, multiplié par 100 pour obtenir un pourcentage,
  • La position : la position de votre page dans les résultats, par exemple : 3ème position, 30ème, ou encore 50ème, …

Comme le montre l’image ci-dessus, vous pouvez faire apparaître plusieurs dimensions sur le même graphe.

À partir du moment où la plupart des erreurs sont corrigées, cette page est à analyser très régulièrement. En effet, elle précise le trafic que Google envoie vers votre site, et à partir de quels mots-clés.

Il est facile de filtrer ce trafic par période : jour, semaine en cours, 28 derniers jours, 3 derniers mois ou une période personnalisée.

Voici un exemple sur une durée de 28 jours sur le nombre de clics que Google a envoyé vers le site à partir des mots-clés (requêtes Google) en première position.

Voici un exemple sur une durée de 28 jours sur le nombre de clics que Google a envoyé vers le site à partir des mots-clés (requêtes Google) en première position.

Les filtres disponibles, pour trier les données et affiner votre analyse, sont les suivants :

  • Type de recherche : Web, Image, Vidéo, Actualités,
  • Requêtes : les mots tapés par les internautes dans Google,
  • Pages : les pages de votre site vers lesquelles les internautes sont entrés dans votre site,
  • Pays,
  • Appareils : mobile, tablette ou ordinateur,
  • Apparence dans les résultats de recherche. Ceci est relatif aux pages AMP et aux résultats enrichis.

6.2. Utilisation des filtres dans l’Analyse de la Recherche

Pour analyser finement le trafic issu de la recherche organique de Google, appliquez les filtres.

Utilisation des filtres dans l’Analyse de la Recherche

Pour filtrer pour une page, cliquez sur “Nouveau” puis “Page” et un mot-clé. Ainsi, vous ne visualisez que le trafic des pages de votre site dont l’URL contient ce mot-clé.

Utilisation des filtres dans l’Analyse de la Recherche

L’analyse de la recherche est, comme vous le voyez, un outil très puissant et riche. Il constitue l’un des outils-clés du Marketing de Contenu.

Mon conseil : abusez de cet outil. Il vous donne de nombreuses idées sur le type de contenus qui intéressent vos visiteurs et comment trouver et méliorer vos contenus pauvres ! Vous pouvez tester ce qui marche pour améliorer constamment votre positionnement et travailler votre SEO.

En conclusion sur les 11 points de ma Checklist Google Search Console à vérifier régulièrement

Cet article n’a qu’un unique objectif : prendre conscience de l’importance de la “bonne santé” de votre site Web.

Un site en bonne santé a de plus grande chance d’apparaître sur la première page de Google sur les mots-clés pour lesquels vous cherchez à être bien positionné.

Ne négligez pas les informations que Google vous souligne, il est là pour vous aider et apporter la meilleure expérience utilisateur aux internautes.

Il faut bien comprendre que sans un site Web performant, votre entreprise perd une énorme opportunité d’affaires : la plupart de vos clients vous connaissent aujourd’hui par ce biais.

Avec l’outil Google Search Console, qui est gratuit, assurez-vous que Google :

  • Indexe correctement les pages de votre site Web,
  • Positionne bien vos pages, et sur quels mots-clés de recherche,
  • N’a pas de “grief” envers votre site,
  • Arrive à parcourir votre site, via ses robots d’exploration, sans problème,
  • Trouve votre site facile à utiliser pour les appareils mobile,
  • Et de nombreuses autres choses importantes à ses yeux.

Alors, si vous avez envie de booster votre trafic sur le site de votre entreprise, ne négligez pas la Google Search Console.

Suivez ma Checklist Google Search Console, telle que décrite dans cet article, pour vérifier régulièrement ses 11 points de controle.

Le second outil à consulter régulièrement est Google Analytics. Une fois ses concepts bien assimilés, c’est outil génial pour connaître non seulement comment votre trafic évolue, mais aussi vos conversions !

Pour résumer en 3 questions

Qu’est-ce que la Google Search Console ?

Aujourd’hui, tout entrepreneur doit gérer ou faire gérer la visibilité de son entreprise sur la toile avec attention. La Search Console vous procure gratuitement une multitude d’informations sur la façon dont Google 'voit' et 'comprend' votre site Web. Toutes les données collectées forment le bilan de santé de votre site Web.

À quelle fréquence consulter la Google Search Console ?

Tout dépend de l’importance de votre site Web pour votre entreprise. Au minimum 1 fois par mois, pour une consultation complète, et si possible 1 fois par semaine pour résoudre d’éventuels problèmes. Mais si votre site est primordial pour votre activité, consultez au moins 5 minutes, tous les jours, pour vous assurer que votre stratégie SEO est sur la bonne voie et qu’il n’y a pas de problème avec l’indexation de votre site.

Quels sont les points à contrôler régulièrement sur la Google Search Console ?

Sur la Google Search Console, vous retrouvez un tableau de bord, la vérification de données de couverture, de votre sitemaps et des suppressions d’URLs. Ensuite, analysez la façon dont les internautes vous trouvent. Puis, vérifiez que Google n’est pas fâché avec votre site, qu’il n’y a pas d’erreur sur votre ergonomie mobile, le nombre de pages dans l’index ou encore si votre sitemap est en bonne santé. Ne pas oublier aussi d’analyser les problèmes de sécurité. S'il n'y en a pas, tout ira bien.

Qu’en pensez-vous ? Utilisez-vous déjà Google Search Console dans votre travail quotidien ? Quels éléments vérifiez-vous ? La GSC vous a-t-elle déjà sorti d’une mauvaise impasse ?